Zoom sur le PER individuel différences clés entre le PER assurantiel et le PER bancaire

Zoom sur le PER individuel : différences clés entre le PER assurantiel et le PER bancaire

L’épargne retraite est essentielle pour bénéficier d’un revenu régulier à la retraite. Pourtant, il n’est pas facile de choisir entre les formules proposées. Dans cet article, nous allons faire le point sur les principales différences entre le PER bancaire et assurantiel.

La spécificité des organismes mandataires

Ces plans d’épargne se distinguent principalement par les organismes qui s’occupent de l’administration, ceci influe justement sur la décision d’investissement et les frais. Concernant le PER assurantiel, celui-ci est géré par les compagnies d’assurance. Ainsi, les retraités procèdent à la souscription d’un contrat d’assurance-vie qui s’accompagne des options d’une convention PER.

Quant au PER bancaire, cette formule est offerte et administrée par les établissements bancaires. Cela dit, la souscription peut être effectuée auprès de toutes les banques ou des institutions financières.

Le choix des produits d’investissement

Ces deux plans d’épargne se distinguent principalement par la gamme de produits financiers et de placements. Cela dit, le PER bancaire est à privilégier puisqu’il procure plus de liberté en termes d’investissement. Parmi les solutions disponibles, il y a les obligations, les options ou encore les fonds communs.

En revanche, les choix entre termes d’investissement sont assez restreints pour le PER assurantiel. En général, les établissements offrent des contrats relatifs aux fonds internes spécifiques qui pourraient limiter les possibilités pour les épargnants.

Les sorties de placement

Ces deux solutions se distinguent aussi par rapport aux conditions d’écoulement des investissements. Avec le PER bancaire, les épargnants peuvent récupérer le fonds qui a été accumulé pendant des années soit en rente soit en somme forfaitaires.

Toutefois, le PER assurantiel est beaucoup moins flexible, car la sortie s’effectue en général en rétribution viagère ou en capital fractionné. Cette dernière solution est à privilégier pour les séniors qui souhaitent bénéficier d’un revenu régulier à la retraite.

L’administration des frais

La différence de ces plans d’épargne pour la retraite se situe également au niveau des frais alloués. Pour le PER bancaire, il faut prévoir plusieurs coûts qui sont liés à la gestion, à l’entrée et à la sortie. Ceux-ci sont totalement transparents, en plus ils peuvent être négociés auprès des établissements rattachés.

Cependant, le PER assurantiel est parfois associé à des coûts plus importants, mais qui ne sont pas toujours évidents. Justement, les compagnies d’assurance peuvent imposer d’innombrables frais liés à l’administration, le retrait, l’arbitrage, etc.

Ces frais varient énormément en fonction des termes du contrat. De plus, ils peuvent avoir des conséquences sur l’investissement. Par conséquent, il est conseillé de bien étudier le contenu de la clause avant la signature.

La fiscalité

Pour le PER assurantiel, le capital ainsi que les intérêts sont déduits du revenu taxable lors du retrait, contrairement au montant investi. Toutefois, il est nécessaire de respecter certaines conditions concernant le délai de retrait et l’âge.

Quant au PER bancaire, les épargnants profitent d’une réduction d’impôt sur le revenu durant l’année de souscription. Pour l’indemnisation de départ, la somme versée est soumise à l’impôt sur les ressources suivant la grille tarifaire en vigueur.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
justin malraux
Justin Malraux