SCPI vs Livret A : pourquoi il est temps d'investir malgré les turbulences

SCPI vs Livret A : pourquoi il est temps d’investir malgré les turbulences

La crise qui sévit actuellement a chamboulé différents secteurs en France, surtout l’immobilier (résidentiel et tertiaire). Même les Sociétés Civiles de Placement Immobilier ont subi des changements drastiques l’année dernière. Le Livret A, quant à lui, n’a pas été impacté s’agissant d’un placement financier. Lequel choisir en 2024 ?

Investir dans une SCPI ou ouvrir un Livret A ? Quel placement privilégier cette année ?

Les SCPI avaient expérimenté des périodes tumultueuses l’année dernière. Un grand nombre de ces véhicules de placement collectif étaient contraints d’abaisser la valeur de leurs parts sociales en 2023. Citons, par exemple, Efimmo 1 et Sofipierre, des SCPI gérées par Sofidy. La période de fin d’année a d’ailleurs été marquée par des épisodes de problèmes de liquidité.

L’ASPIM chiffre les parts en attente de retrait à 2,1 milliards d’euros au 4ème trimestre 2023, soit 2,35% de la capitalisation de l’ensemble des SCPI. C’est un pourcentage élevé en sachant que cette valeur était à 146 millions d’euros un an auparavant, soit seulement 0,16% de la capitalisation à l’époque.

Lire aussi :  Choix premiers des investisseurs en 2017 : L'immobilier

Malgré ces difficultés, certaines SCPI étaient parvenues à atteindre des Taux de Distribution remarquables. Citons, par exemple, Transitions Europe, Remake Live et Iroko Zen avec des TD respectifs de 8,16%, 7,79% et 7,12%. C’est largement supérieur à la rémunération du Livret A : 3% (jusqu’en 2025).

D’un point de vue concret, le Livret A et la SCPI ne se valent pas. Déjà, le capital d’un livret réglementé est garanti, contrairement à celui de la pierre-papier. Et, les intérêts (calculés par quinzaine) sont défiscalisés. Evidemment, ce n’est pas le cas des revenus issus des parts d’une SCPI. Ceux-ci entrent dans la catégorie des revenus fonciers.

La stratégie gagnante consiste à sécuriser une partie de votre capital via un Livret A. Si vous êtes prêt à prendre des risques, investissez l’autre moitié dans une SCPI solide. Notons que les sommes placées sur un Livret A sont plafonnées à 22 950 €. Une restriction quasi-inexistante dans le cadre d’un placement en SCPI.

Lire aussi :  Investissement immobilier : comment le DPE peut influencer votre décision d'achat ?

Des précautions à prendre avant de se jeter à l’eau !

Il n’est pas forcément évident de trancher entre le Livret A et la pierre-papier. Tout dépend de vos objectifs et de vos besoins. Pour mettre de côté votre argent, ouvrez plutôt un Livret A. Le capital constitué au fil des années vous protégera contre des imprévus. Vous pouvez aussi l’utiliser comme outil de financement de vos projets futurs.

Lire aussi :  Investissement locatif dans l'ancien : attention à ces prix annexes

En revanche, la SCPI ne vous permet pas de sécuriser votre argent. Il y a un risque de perte en capital encouru. En d’autres mots, vos gains (des dividendes) ne sont pas garantis. Idem pour les éventuelles plus-values en cas de revente de vos parts sociales. La règle d’or consiste à investir dans différentes SCPI histoire de booster la rentabilité de votre placement. Cette stratégie permet également de mutualiser les risques (financiers).

Parmi les paramètres à passer au crible, il y a notamment le Taux de Distribution de la SCPI. Mieux vaut qu’il soit supérieur à l’inflation. Un fléau économique pouvant fragiliser votre capital à court, à moyen ou à long terme.

À ne pas rater !
Une Newsletter rien que pour vous !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
justin malraux
Justin Malraux