Parking comme investissement : est-ce un choix malin ? Attention aux pièges

Parking comme investissement : est-ce un choix malin ? Attention aux pièges

Dans un contexte mondial où l’urbanisation prend de plus en plus de place, les populations s’accumulent dans les villes. Le nombre de voitures qui circulent est exponentiel et il devient plus difficile de trouver une place de parking.

Face à cela, plusieurs personnes se tournent vers une forme particulière d’investissement immobilier : l’achat d’un parking. Les avantages en sont réellement nombreux, mais il est important de faire attention à des détails qui pourraient constituer des pièges.

Une grande rentabilité en perspective

Alors que les autres modes d’investissements immobiliers tels que la construction ou l’achat de bâtiments présentent un grand risque de perte et coûtent largement plus cher, investir dans un parking est un moyen de se faire un profit supérieur, à des risques réduits. Malgré les efforts des communes pour limiter le nombre de voitures qui s’agglomèrent dans les villes, la demande en places de parking reste dans une tendance à la hausse.

Lire aussi :  Investissement immobilier : comment le DPE peut influencer votre décision d'achat ?

Le prix d’une place de parking varie suivant son emplacement, son état, le fait qu’il s’agisse d’un parking individuel ou d’un parking collectif, qu’il soit couvert ou à l’air libre, etc. Un parking en zone rurale coûte moins cher qu’un parking en ville. Selon Yespark, un Français dépense en moyenne 106,89 euros en place de parking en 2023. Le bénéfice à tirer peut aller de 6 000 euros à 36 000 euros.

Un mode de gestion plus simple

La gestion d’une place de parking est régie par le Code Civil et non par la Loi Alur, à la différence de la gestion de l’immobilier d’habitation. La réglementation est alors plus flexible.

De plus, il est évident que la gestion d’un parking est plus facile à réaliser du point de vue des entretiens et de la maintenance. En les comparant avec les charges liées à la gestion d’un établissement d’habitation, d’enseignement, ou de commerce, à titre d’exemple, les coûts correspondant à la possession d’une aire de parking sont moins élevés. En d’autres termes, il s’agit d’un investissement plus accessible pour les personnes disposant d’un budget limité.

Lire aussi :  Investissements en assurance vie, comment les sélectionner ?

Ce qui est bon à savoir

La fiscalité des investissements en parking regroupe des détails auxquels il faut faire attention. Les frais de notaires fixes sont défavorables aux petites transactions. Aussi, pour les investissements locatifs, les loyers perçus doivent être déclarés et une taxe foncière y est imposée. Pour les revenus locatifs de plus de 36 800 euros, les loyers peuvent être assujettis à la TVA. Il y a également des détails liés à la structure même de la place de parking qui pourraient nuire à la rentabilité de l’achat. Les monte-voitures et les ascenseurs peuvent faire peur aux potentiels utilisateurs et les coûts de leur maintenance sont généralement élevés.

En outre, les locataires sont moins attirés par les parkings souterrains profonds qui donnent une ambiance lugubre. Autre chose, les charges de copropriété sont assez élevées et peuvent avoir un impact significatif sur le rendement des investissements.

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux