Les SCPI ne sont vraiment pas en forme ... que faut-il faire

Les SCPI ne sont vraiment pas en forme … que faut-il faire ?

L’évolution du marché immobilier et des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) en 2023 a été marquée par une série de défis et d’ajustements. Plusieurs sociétés de gestion ont annoncé une baisse du prix de leurs SCPI.

Le marché immobilier et les SCPI en 2023

L’évolution des taux d’intérêt, en particulier celle de l’OAT à 10 ans, a joué un rôle crucial dans la dynamique du marché immobilier au cours du second semestre de 2023. Cette hausse des taux a entraîné une correction à la baisse des valeurs immobilières, notamment pour les SCPI spécialisées dans l’immobilier de bureaux.

En parallèle, le volume des transactions immobilières a diminué, les investisseurs adoptant une approche plus prudente. Cependant, les revenus locatifs des immeubles détenus par les SCPI sont restés stables, offrant une source de revenus fiable malgré les fluctuations du marché.

Néanmoins, cette correction des valeurs des SCPI pourrait nécessiter des ajustements supplémentaires de la part des gestionnaires d’actifs pour s’adapter aux nouvelles conditions du marché. Il est donc essentiel pour les investisseurs de rester vigilants et de surveiller de près l’évolution de la situation pour prendre des décisions éclairées.

Lire aussi :  CDI sénior : voici les conditions précises du gouvernement pour les plus de 55 ans

Des ajustements effectués par les sociétés de gestion

Des sociétés de gestion de SCPI ont récemment annoncé une baisse du prix de certaines de leurs SCPI en réponse à ces défis. Par exemple, Amundi Immobilier a réduit le prix de parts de ses SCPI Edissimmo, Rivoli Avenir Patrimoine et Génépierre. Cette décision intervient après que les valeurs de leurs portefeuilles immobiliers aient été revues à la baisse lors de leur évaluation annuelle au 31 décembre 2023.

Les modifications, basées sur les réductions de leur valeur de reconstitution, ont été mises en œuvre depuis le 15 mars : le prix de souscription d’Edissimo a diminué de 6,4 % pour atteindre 191 euros, celui de Rivoli Avenir Patrimoine est descendu à 250 euros, soit une baisse de 6,7 %, tandis que celui de Génépierre s’est également établi à 209 euros, soit une réduction de 6,7 %.

Lire aussi :  Prêt à taux zéro : 1,8 million de foyers bientôt concernés grâce à la décision de Bruno le Maire

Le cas d’Accimmo Pierre de BNP Paribas REIM

La SCPI Accimmo Pierre de BNP Paribas REIM a récemment procédé à un ajustement du prix de ses parts suite à l’évaluation de son patrimoine immobilier en 2023. Le prix de la souscription, établi à 170euros par part depuis juillet 2023, a été comparé à la valeur de reconstitution au 31 décembre 2023, qui était de 153,16euros/part. L’écart constaté, soit 11%, a motivé une réduction du prix de souscription à 168euros par part à partir du 1er mars 2024, avec un prix de retrait fixé à 153euros par part.

Cette révision à la baisse du prix des parts d’Accimmo Pierre met en lumière les défis rencontrés par les SCPI spécialisées dans l’immobilier de bureau, notamment en Île-de-France, où plus de 40% du portefeuille de la SCPI est investi.

La dépréciation significative des valeurs immobilières, notamment des bureaux franciliens, observée au cours de l’année écoulée, souligne l’impact de la hausse des taux d’intérêt et des difficultés locatives sur certains marchés.

Lire aussi :  Investissement immobilier via SCI : ce n'est pas toujours la bonne solution
À ne pas rater !
Une Newsletter rien que pour vous !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
vincent cuzon
Vincent Cuzon