Les oubliés des trimestres TUC face à la réforme des retraites : quel avenir pour les carrières longues ?

Les oubliés des trimestres TUC face à la réforme des retraites : quel avenir pour les carrières longues ?

Dans les années 80, des trimestres de TUC avaient été totalement oubliés par l’Assurance retraite. Environ 2 millions de particuliers sont considérés comme des victimes de cette injustice. Grâce à la réforme des retraites, ces trimestres vont enfin être pris en compte. En revanche, cette dernière n’est pas vraiment favorable aux carrières longues.

Les TUC réalisés dans les années 80 seront enfin comptabilisés !

La réforme des retraites prévoit de prendre en compte les trimestres de travaux d’utilité collective (TUC) dans le calcul des droits à la retraite. C’est une excellente nouvelle pour les Français concernés. Ils ont en effet effectué des stages de formation professionnelle dans les années 80. A l’époque, les trimestres réalisés n’avaient jamais été comptabilisés.

Désormais, ces trimestres oubliés vont être comptabilisés afin que les particuliers concernés puissent accéder plus facilement au taux plein. Rappelons que l’Etat avait pris en charge les cotisations lors des périodes de stage. Et, ces dernières ouvrent droits à la pension de retraite. Une mesure issue de la modification de l’article L. 351-3 du CSS par la loi du 14 avril 2023 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2023.

Lire aussi :  Pourquoi les Français veulent tous souscrire à un PER ?

Mêmes les trimestres découlant des stages d’insertion effectués entre les années 70 et 90 sont pris en compte. Pour l’association « TUC, les oubliés de la retraite », ce n’est que la moitié de ce qu’elle réclame. Elle souligne qu’après 40 ans, les TUC sont enfin reconnus comme du travail. Selon elle, certains Français ne peuvent pas partir en départ anticipé qu’un mois avant le nouvel âge légal (64 ans). Et, si leurs trimestres de TUC étaient réputés cotisés, ce serait 13 mois avant.

L’impact de la réforme des retraites sur les carrières longues

En vigueur depuis le 1er septembre 2022, la réforme des retraites a changé la donne pour les carrières longues. Initialement, les Français ayant débuté leurs carrières avant la fin de l’année de leurs 16 ou 18 ans peuvent respectivement partir à la retraite de manière anticipée à 58 et 60 ans. Nous parlons ici des carrières très longues.

Lire aussi :  Les placements préférés des Français en 2017

En principe, le dispositif « carrières longues » vous permet de partir à la retraite plus tôt. Or, l’allongement de la durée d’assurance s’applique à tous les assurés, y compris les carrières longues. Il s’agit en l’occurrence du nombre de trimestres à cotiser. En réunissant les 172 trimestres requis, vous pouvez partir en anticipé dès 62 ans.

De fait, la retraite anticipée après la réforme n’est pas vraiment favorable aux carrières longues. Un assuré né entre janvier et septembre devra avoir validé 5 trimestres avant la fin de l’année de ses 21 ans pour partir à 63 ans, contre 4 trimestres s’il est né entre octobre et décembre.

Pour partir à 62 ans, il faut avoir validé 5 ou 4 trimestres avant la fin de l’année de vos 20 ans. Sinon, vous pouvez partir à 60 ans, à condition d’avoir validé 5 ou 4 trimestres avant la fin de l’année de vos 18 ans. Cette limite d’âge descend à 16 ans pour partir à 58 ans.

Lire aussi :  Zoom sur les comptes à terme et comment ils peuvent booster votre épargne !

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux