Le gouvernement a du mal à maintenir la dette publique pourquoi tout le monde devrait s'en inquiéter

Le gouvernement a du mal à maintenir la dette publique, pourquoi tout le monde devrait s’en inquiéter

Le chiffre officiel du déficit public de la France est supérieur à 5% du PIB. La difficulté du gouvernement à maintenir la dette publique est une préoccupation majeure, et chacun devrait en être conscient pour plusieurs raisons cruciales.

Menaces sur la Crédibilité et la Stabilité Financière de la France

Tout d’abord, la montée du déficit public menace sérieusement la crédibilité du gouvernement, qui s’était engagé à ramener le déficit à 4,4% en 2024 et à respecter l’objectif européen des 3% du PIB d’ici à 2027.

Cette situation financière délicate a été soulignée par la Cour des comptes, qui a averti que les finances publiques de la France resteront parmi les plus dégradées de la zone euro. Une dégradation qui survient ainsi au pire moment, alors que les agences de notation sont sur le point de rendre leur verdict sur la capacité de la France à rembourser sa dette.

Une baisse de la note de crédit de la France pourrait entraîner une augmentation des coûts d’emprunt et aggraver davantage la situation financière publique déjà précaire. De plus, le gouvernement prévoit une augmentation significative des intérêts de la dette française, avec une estimation que ces derniers seront multipliés par deux.

Lire aussi :  L'équilibre financier en couple : entre liberté individuelle et gestion commune

Cette tendance est alarmante, d’autant plus que la France a déjà dépensé une somme colossale de 38,6 milliards d’euros en 2023 pour rembourser les intérêts de sa dette.

Les réductions budgétaires comme actions du Gouvernement Français

Le gouvernement français poursuit ses efforts pour réduire la dette publique sans recourir à une augmentation des impôts, conformément à ses engagements. Ainsi, un plan d’économies ambitieux a été élaboré, avec 10 milliards d’euros d’économies dans les dépenses de l’État prévues, ainsi que 20 milliards d’euros supplémentaires en 2025.

Ces économies seront réalisées en réduisant les budgets de la Sécurité sociale et de l’État. Dans cette optique, lors d’une réunion avec les ministres le mercredi 20 mars, le président Emmanuel Macron a dirigé des discussions sur des moyens de freiner aussi les dépenses d’assurance-chômage et de santé.

Ces actions témoignent de l’inquiétude croissante du gouvernement face à un déficit public qui dépasse les 5%, soulignant ainsi l’urgence de prendre des mesures pour rééquilibrer les finances publiques et assurer la stabilité économique du pays.

Lire aussi :  Faire en sorte que votre prêt ne dépasse pas le taux d'usure, c'est possible. Voici comment

L’opposition exprime une vive préoccupation

Les acteurs de l’opposition expriment et critiquent ouvertement la situation. Du côté des Républicains, la comparaison avec la Grèce est alarmante en empruntant une voie similaire en matière de déficit public, et il condamne la gestion des finances publiques de calamiteuse.

De même, Marine Le Pen critique vivement l’incompétence présumée du gouvernement dans le domaine financier, qualifiant les résultats de pitoyables. Selon elle, cette situation témoigne d’une gestion financière inadéquate et inefficace.

Quant à la gauche, elle soulève des questions sur l’intégrité du budget et pointe du doigt soit un mensonge dans sa construction, soit une incompétence manifeste. Le constat d’un déficit de 5,6% du PIB pour 2023, alors que seulement 4,9% étaient envisagés, est jugé vertigineux par ses représentants.

À ne pas rater !
Une Newsletter rien que pour vous !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
justin malraux
Justin Malraux