Investissement immobilier : les dispositifs de défiscalisation pour réduire ses impôts

Payer moins d’impôts, tout en percevant des revenus locatifs, est le principal objectif des investisseurs immobiliers. Différents dispositifs de défiscalisation immobilière sont toujours envisageables en 2021 afin d’y parvenir. Bien entendu, ils sont accordés par l’État sous certaines conditions.

Investir avec le dispositif Pinel (jusqu’à 21 % de remise d’impôt)

Parmi les principaux dispositifs de défiscalisation d’optimisation fiscale, on peut citer notamment la loi Pinel. L’État a décidé de la prolonger jusqu’au 31 décembre 2021. La réduction d’impôt se calcule en fonction de la durée de la location du bien (neuf). Elle commence à partir de 12 %, et s’applique sur son prix de revient.

Le dispositif Pinel permet une réduction d’impôt maximale de 21 %, en contrepartie d’une dure de location de 12 ans. Elle s’établit à 18 % ou à 12 %, pour des durées respectives de 9 ans ou 6 ans. Bien entendu, il existe un plafond d’investissement à respecter : 300 000 € par an. En savoir plus sur la loi Pinel.

Bon à savoir, le dispositif Pinel a été inspiré du nom d’une personnalité politique : Sylvia Pinel. Il vient remplacer la loi Duflot en 2015 et 2016.

Bénéficier d’une réduction d’impôt plus importante avec le dispositif Malraux

Le dispositif Pinel ne concerne que les biens neufs situés dans les villes à fortes demandes locatives. C’est tout le contraire de la loi Malraux, qui existe depuis plus de 40 ans. Les biens immobiliers, qui y sont éligibles, sont des bâtiments anciens et réhabilités. Ces derniers sont implantés dans certaines zones géographiques spécifiques (PSMV, PVAP).

Le dispositif Malraux permet une réduction d’impôt importante de 22 % (jusqu’à 30 %). Elle est calculée à partir du montant des travaux de restauration ou de réhabilitation effectués sur un bien éligible. Il est plafonné à 100 000 € par an pour un total de 4 années consécutives.

L’accès aux avantages (fiscaux) de la loi Malraux est soumis à des conditions spécifiques imposées par l’État. L’une d’entre elles est un engagement de location, pendant 9 ans, d’un bien acquis. Contrairement aux avantages fiscaux du dispositif Pinel, ceux de la Loi Malraux n’entrent pas dans les niches fiscales.

Réduire son imposition avec les dispositifs Censi-Bouvard et LMNP

Indéniablement, la LMNP meublée s’avère plus avantageuse que la location vide. La différence la plus notable se situe au niveau de la fiscalité des revenus locatifs générés. Le dispositif LMNP permet à un propriétaire-bailleur d’échapper à l’imposition des revenus fonciers. Les loyers perçus dans le cadre d’une location meublée appartiennent à la catégorie des Bénéfices industriels et commerciaux (BIC). En savoir plus sur le statut LMNP.

Cerise sur le gâteau, les avantages (fiscaux) rattachés au dispositif Pinel sont cumulables avec ceux du dispositif Censi-Bouvard. Il devient ainsi possible de bénéficier d’une réduction d’impôt de 11 %, calculée sur la valeur du bien meublé et loué. Il doit être situé dans une résidence étudiante, une résidence senior, une résidence tourisme ou encore un EHPAD (ou Établissement d’Hébergement pour Personnes âgées dépendantes). En ce qui concerne la durée du bail commercial, elle oscille entre 9 et 12 ans.