Investissement dans l'immeuble de rapport un choix pour les investisseurs expérimentés

Investissement dans l’immeuble de rapport : un choix pour les investisseurs expérimentés

Comprenant plusieurs biens, l’immeuble de rapport est l’un des placements les plus avantageux, notamment pour l’augmentation des revenus locatifs. Néanmoins, se lancer dans ce type d’aventure nécessite de l’expérience et des compétences multidisciplinaires.

Concrètement, il convient très bien aux investisseurs aguerris. Pourquoi la gestion de cet investissement est assez compliquée ? Quels sont les critères à retenir pour une opération réussie ? Réponses.

Séparation des lots, une étape complexe

Ce type d’investissement consiste à acquérir un ensemble d’immobilier complet. Vous pourrez ensuite séparer les lots et percevoir des revenus locatifs. Mais, le principal problème réside justement au niveau de la division, notamment si cette action n’a pas été réalisée lors même de la construction de l’immeuble.

La tâche se complique ici parce que l’investisseur doit indiquer dans chaque contrat de bail les parties privatives et communes. Techniquement, un immeuble sans division dispose d’un seul compteur de gaz ou d’électricité. Bien que solliciter l’installation des compteurs individuels soit la meilleure solution, cela représente un coût assez élevé. L’investisseur doit alors définir le montant des charges de chaque lot.

Lire aussi :  Plus de 6 % pour un emprunt immobilier, c’est de la folie !

Un investissement à risque élevé

Il est important de souligner que l’investissement dans l’immeuble de rapport offre une rentabilité largement supérieure à l’investissement locatif habituel. En revanche, le risque est particulièrement élevé, car tous les lots sont implantés dans un même endroit. La rentabilité prévisionnelle peut être impactée si tous les biens sont affectés simultanément par des problèmes différents tels qu’un gros sinistre, une faible attractivité (qui entraîne souvent une vacance locative), un souci au niveau des murs, du système électrique, de l’isolation, etc.

Vous pourriez alors vous retrouver dans une mauvaise posture dans les cas de figure énoncés. La solution ? Mieux vaut éviter de mettre les œufs dans le même panier pour minimiser les risques.

Endosser le rôle similaire à celui d’un syndic de l’immeuble

Pour la gestion d’un immeuble de rapport, l’investisseur doit consacrer du temps. Effectivement, vous serez contraint de répartir les charges, comme indiqué précédemment, de planifier l’entretien de l’immeuble, etc. Vous devez connaître les différentes contraintes administratives. À noter que les travaux, quant à eux, seront à votre charge et vous devez aussi penser à gérer le chantier tout seul. La revente peut également devenir un point de difficulté, si le marché n’est pas en flux tendu.

Lire aussi :  Pourquoi c'est le meilleur moment d'investir dans des obligations ?

En conclusion, investir dans l’immeuble de rapport peut donner du fil à retordre aux débutants. Il faut de l’expérience non seulement pour la gestion des biens, mais surtout pour la recherche de lots et leur emplacement. Vous pouvez pour cela vous confier à votre agence immobilière ou déléguer vous-même la tâche. Bien évidemment, il est important d’élaborer la meilleure stratégie d’investissement en fonction de votre objectif et de la durée de l’investissement souhaitée. Si tout est bien orchestré, votre investissement sera rentable.

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon