investissement dans le cinéma avec les SOFICA image

L’investissement dans le cinéma avec les SOFICA : un moyen de bénéficier d’une réduction d’impôt

Il est tout à fait possible de profiter d’une réduction d’impôt en investissant dans des Sociétés de Financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (SOFICA).Elles ont été créées par la loi du 11 juillet 1985. Autrement dit, elles ont existé dans le monde de l’investissement depuis plus de 30 ans. Afin de permettre à ce dispositif de financer davantage les productions cinématographiques, le gouvernement a décidé de le réformer en 2016. Grâce à la loi de finances 2017, il est devenu l’un des meilleurs placements défiscalisant. Le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) a lancé la campagne des SOFICA en fin octobre 2018 afin de soutenir la production indépendante.

Sofica : quèsaco ?

Les SOFICA sont des placements d’investissement réservés à la collecte de fonds privés pour le financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes. En clair, elles ont été conçues pour améliorer le plan de financement des films à budget modeste (inférieur à 8 M€). Il faut retenir que le lancement de la campagne d’investissement des SOFICA a commencé le 30 octobre 2018. Et c’est en grande partie grâce cette initiative du CNC que 12 SOFICA pourront collecter plus de 63 millions d’euros auprès des particuliers, d’ici la fin de cette année.

En moyenne, les SOFICA consacrent 94 % de leurs investissements non adossés vers la production indépendante, 71 %sous forme de contrats d’association à la production vers des films dont les devis sont inférieurs à 8 M€, 31 %sous forme de contrats d’association à la production vers les premiers et deuxièmes films, 14 %au secteur audiovisuel et 7 % au secteur de l’animation.

Lire aussi :  Quels revenus ne pas déclarer ?

Sofica : quèsaco

Il est bon de noter que le dispositif a été prolongé sur 3 ans après la mise en place de la réforme de 2017. En tout cas, c’est une excellente nouvelle pour les producteurs indépendants. Parmi les SOFICA agréées en 2018, il est possible de citer : CINEAXE, CINECAP 3, CINEMAGE 14, CINEVENTURE 5, COFIMAGE 31, COFINOVA 16, INDEFILMS 8, LA BANQUE POSTALE IMAGE 13, MANON 10, PALATINE ÉTOILE 17, SG IMAGE 2018 et SOFITVCINE 7.

Pour rappel, ces sociétés ont participé au financement des films « En Liberté de Pierre Salvadori »ou « Climax », de Gaspard Noé, sortis en 2018. Ce type de placement s’adresse aux investisseurs européens (particuliers) souhaitant investir dans le 7e art et en tirer un maximum de profit. Bien entendu, le rendement de l’investissement dépend énormément du succès des films. Quoi qu’il en soit, les SOFICA ne remboursent que 75 à 90 % du capital collecté au bout de 5 ans.

L’investissement dans le cinéma avec les SOFICA : conseils pour bénéficier d’une défiscalisation optimale

Les SOFICA laissent la possibilité de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu non négligeable. Il faut toutefois retenir qu’il ne s’agit pas d’un placement à capital garanti. De ce fait, il convient de bien réfléchir avant de se jeter à l’eau. Il est également important de noter que les fonds investis dans une SOFICA seront bloqués pendant une période de 5 à 10 ans. En tout cas, il est bon de noter que ce placement ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu pouvant aller jusqu’à 48 % du montant de la souscription (contre 36 % auparavant).

Lire aussi :  Impôt à la source : Tout ce qu’il faut savoir

Il existe, bien sûr, une condition que toutes les sociétés bénéficiaires doivent respecter. En effet, celles-ci doivent réaliser plus de 9 % de leurs investissements directement dans le capital de sociétés de réalisation avant la fin de l’année qui suive celle de la souscription. Elles doivent également consacrer, dans un délai d’un an à compter de la création de la société, plus de 9 % de leurs investissements à des dépenses de développement d’œuvres audiovisuelles de fictions, de documentation et d’animation sous forme de séries. Elles s’engagent aussi à consacrer plus de 9 %de leurs investissements à des versements en numéraire réalisés par contrats d’association à la production en contrepartie de l’acquisition de droits portant uniquement sur les recettes d’exploitation des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles à l’étranger.

Au cas où la société ne respecte pas les conditions mentionnées ci-dessus, la réduction d’impôt sera fixée à 36 % du montant de la souscription. La bonne nouvelle, c’est que cette réduction fiscale sera toujours conservée après l’entrée en vigueur du prélèvement à la source, prévu pour le début de l’année prochaine. Le versement des réductions d’impôt accordées par l’administration fiscale aura lieu au mois de septembre 2019.

L’autre solution pour investir dans le cinéma

Pour être totalement transparent sur le sujet, les rendements sont assez décevants. Les Sofica ont rapporté en moyenne 1,9 % selon les chiffres disponibles, et cela, en tenant compte de l’avantage fiscal que procure ce placement. Pire encore, un peu plus de 30 % d’entre elles vous ont fait perdre de l’argent.

Lire aussi :  Réduction d’impôt sur la fortune immobilière : les conseils à retenir

Attention, nous ne sommes pas en train de dire qu’il s’agit d’un mauvais placement. Heureusement, il y a des films avec un réel succès. Nous pourrions, par exemple, vous citer :

  • l’Arnacoeur avec ces 3,6 millions d’entrées
  • Babysitting avec 2 millions d’entrées
  • Le sens de la fête avec 3 millions d’entrées

Alors, quelles sont les autres options pour un particulier qui veut investir dans le 7ᵉ art ? Rien ne vous empêche d’acheter des parts dans une société de production ou pour ceux qui ont moins les moyens, d’acheter simplement des actions. En revanche, il faudra bien vous renseigner sur la société en elle-même pour savoir dans quoi cette dernière investit. En effet, même si la société investit dans des documentaires, cela peut être très rentable. À l’inverse, une société de production qui place son argent dans des grosses productions peut rapporter gros, mais c’est également bien plus risqué.

Vous l’avez compris, comme pour n’importe quel placement, à vous de définir votre profil d’investissement. Nous pouvons simplement vous rappeler qu’un investissement quel qu’il soit, ne doit jamais mettre en danger votre niveau de vie. Souvenez-vous également que vous ne devez jamais investir votre capital, mais uniquement vos bénéfices. Enfin, sachez qu’en règle générale, plus un placement est lucratif, plus il y a de risques de perte en capital.

Vous l’avez compris, cette solution est plus complexe et demande du temps. Par contre, cette solution est bien plus rémunératrice, pour peu que vous preniez le temps de bien choisir votre société de production.

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Avatar photo
La rédaction de Finance & Patrimoine