Impôts 2024 découvrez si vous êtes dans la liste des gagnants ou des perdants

Impôts 2024 : découvrez si vous êtes dans la liste des gagnants ou des perdants

Comme chaque année, le barème de l’impôt sur le revenu est réévalué par rapport à l’inflation. Ainsi, on s’attend à des changements dans ce secteur. Mais alors qui profitera le plus et le moins cette classification.

Qui sont les contribuables gagnants de cette mesure ?

Cette indexation permettra d’augmenter les différentes tranches d’imposition à 4,8 % qui correspondent au taux d’inflation en 2023, c’est-à-dire l’évolution du prix à la consommation sans tabac. Voici le nouveau barème de 2024 selon les tranches de revenus et le taux d’imposition :

  • Jusqu’à 11 294 euros : 0 %
  • 11 295 à 28 797 euros : 11 %
  • 28 798 à 82 341 euros : 30 %
  • 82 342 à 177 106 euros : 41 %
  • Plus de 117 106 euros : 45 %

Ce nouveau barème profitera en premier lieu aux travailleurs qui n’ont pas bénéficié d’une hausse de salaire ou ceux dont l’évolution de revenu est inférieure à l’inflation.

Aucun changement pour les propriétaires de logements Airbnb

L’indexation de l’impôt sur le revenu pour l’année 2024 n’apporte aucun changement pour cette catégorie de contribuable. En effet, l’État a décidé de maintenir l’abattement fiscal à hauteur de 71 % qui s’applique sur les locations de meublés touristiques situés dans les zones où il y a des tensions concernant l’accès à l’immobilier.

Lire aussi :  Opportunités d'investissement en 2024 : Assurance-vie, PER et immobilier

Rappelons cependant que l’année dernière, un article provenant du Sénat dans le projet de loi des finances de 2024 prévoyait la baisse de cet abattement à hauteur de 30 %, une réduction du plafond de recettes à 15 000 euros. Toutefois, le gouvernement a annoncé qu’il s’agissait d’une erreur matérielle, et la mesure a donc été gelée.

Les bénéficiaires de la prime Macron seront pénalisés

La revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu devrait bénéficier à la plupart des salariés, sauf ceux qui perçoivent la prime Macron. Si auparavant, cette dernière a été exonérée des cotisations sociales, elle devra être soumise à cette imposition pour les travailleurs qui exercent dans les entreprises de plus de 50 collaborateurs.

Ceci est aussi valable pour ceux qui touchent une rémunération égale à 3 fois du Smic. Pour ceux qui font partie des sociétés comptant moins de 50 salariés, l’exonération est maintenue jusqu’au 31 décembre 2026.

Les plus désavantagés sont les propriétaires

En comparaison avec d’autres contribuables, les propriétaires seront certainement les plus perdants après cette indexation. Si la taxe foncière a déjà subi des hausses conséquentes depuis ces dernières années, la situation ne risque pas de s’arranger. En effet, celle-ci devrait connaître une nouvelle augmentation en 2024, soit au moins à 3,9 %.

Lire aussi :  Une erreur sur vos impôts ? Le fisc vous doit le versement d'intérêts, voici comment les demander

Évidemment, la pilule passe très mal du côté de l’Union nationale des propriétaires immobiliers. Elle considère que l’État ne se soucie pas du sort des propriétaires, notamment avec les mesures de suppression de la taxe d’habitation ainsi que l’envolée de la taxe foncière. Ce n’est pas tout, car les acteurs dans le secteur doivent également faire face à la hausse des impositions relatives aux abris de jardin.

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux