Fraude fiscale du géant Lactalis, ce qui lui est reproché

Fraude fiscale du géant Lactalis, ce qui lui est reproché

Le leader français de l’agroalimentaire, Lactalis, se trouve actuellement au cœur d’une affaire épineuse. De fait, le groupe est suspecté de fraude fiscale aggravée. Il se trouve ainsi dans la ligne de mire de l’administration fiscale. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le leader français de l’agroalimentaire soupçonné de fraude fiscale aggravée !

Soupçonné de fraude fiscale aggravée, Lactalis fait la une des médias et des journaux. Le groupe est aussi suspecté de blanchiment de fraude fiscale aggravée. Dans le cadre d’une enquête du parquet national financier (PNF), initiée en 2018, des perquisitions ont déjà été menées dans plusieurs sociétés de Lactalis.

Il s’agit d’une affaire scandaleuse, surtout si les preuves sont justifiées. Les enquêteurs, eux, passent au crible les années comprises entre 2009 et 2020. D’après une source judiciaire, Lactalis aurait éludé des droits de plusieurs centaines de millions d’euros sur cette longue période.

Le journal Le Monde révèle que Lactalis avait reçu la visite de la brigade nationale de répression de la délinquance fiscale de la police judiciaire le mardi 6 février 2024. Une information véridique confirmée par le groupe le mercredi dernier.

Apparemment, les perquisitions menées récemment dans les locaux de Lactalis visaient le siège du groupe à Laval en Mayenne. Elles ont également visé ses bureaux à Paris ainsi que l’hôtel particulier de son PDG, Emmanuel Besnier, niché dans la capitale.

Pour mémoire, Lactalis avait détrôné Danone en 2023. Depuis lors, il détient le titre de leader français de l’agroalimentaire. Une place tout à fait méritée. D’autant plus que son chiffre d’affaires avait dépassé les 28 milliards d’euros en 2022. Lactalis figure aujourd’hui dans le top 10 de l’industrie alimentaire à l’échelle mondiale.

Rappelons que les marques Lactel et Leerdammer appartiennent toutes au groupe français Lactalis. Galbani est aussi sa filiale.

Lactalis dans le collimateur des producteurs de lait !

A l’évidence, cette affaire de fraude fiscale pourrait nuire à l’image Lactalis. Le groupe est étroitement rattaché à une enquête menée par le PNF pour blanchissement de fraude fiscale aggravée, et ce, depuis 2018. D’après une source judiciaire, celle-ci porte sur des suspicions de minoration de son bénéfice imposable.

Après la réception par le PNF d’un signalement de la Confédération paysanne en 2019, puis de dénonciations fiscales obligatoires émanant du Fisc en 2022, ces investigations se sont étendues aux chefs de fraude fiscale aggravée.

Les enquêteurs sont résolus à résoudre cette affaire. Dans l’éventualité où la fraude a bien été commise, il faudra encore évaluer le montant des droits éludés. Bien évidemment, à ce stade, la fiscalité personnelle du PDG du groupe n’entre pas encore dans le cadre des investigations.

Par ailleurs, les producteurs de lait ont déjà dénoncé le prix de rachat de leur production. Selon eux, ce paramètre est fixé unilatéralement par Lactalis sans tenir compte des impératifs de la loi Egalim.

De fait, les producteurs de lait font grise mine depuis mi-janvier. Des manifestations avaient déjà été organisées devant différents sites de Lactalis, dans l’ouest de l’hexagone. Le week-end dernier, le groupe avait annoncé que son prix d’achat du lait augmenterait de 15 € pour janvier et février. Il passe ainsi de 405 à 420 €/1 000 litres. Yohann Serreau, président de l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis précise que c’est « clairement insuffisant au regard des besoins des éleveurs ».

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
justin malraux
Justin Malraux