Frais de repas : pouvez-vous les déduire de vos impôts en tant que salarié ?

Faut-il déclarer ses indemnités de télétravail aux impôts ?

L’essor du télétravail, amplifié par la pandémie de covid-19, a profondément modifié les habitudes de travail. Aujourd’hui, travailler au moins une journée par semaine depuis son domicile est devenu la norme pour de nombreux salariés. Si l’intéressé reçoit une allocation pour couvrir ses frais de télétravail, jusqu’à un certain montant, celle-ci est exonérée d’impôt.

Ce qu’il faut comprendre sur cette situation

Le télétravail s’est imposé comme un argument majeur pour attirer les talents. Pour leur part, les entreprises sont de plus en plus conscientes de cet enjeu. Certaines ont même choisi de verser une allocation spécifique pour couvrir les frais de travail à domicile de leurs employés. Celle-ci peut prendre différentes formes, telles qu’une indemnité, un remboursement forfaitaire ou un remboursement de frais réels. Il faut noter qu’elle apparaît généralement sur la fiche de paie.

Toutefois, pour être exonéré d’impôt sur le revenu, ce versement doit exclusivement couvrir les frais de télétravail de l’employé. Afin d’éviter toute confusion, il est important que les entreprises veillent à ce que cette allocation soit clairement destinée à compenser les dépenses liées au télétravail.

Exonération des indemnités de télétravail

En principe, les indemnités de télétravail sont exonérées d’impôt sur le revenu jusqu’à un certain montant. En 2023, cette indemnité est exonérée d’impôt sur le revenu à hauteur de 603,20 euros par an. Toutefois, cette exonération s’applique si l’indemnité est versée exclusivement pour couvrir les frais liés au télétravail, tels que l’abonnement Internet, l’électricité, ou l’équipement du bureau à domicile.

Concrètement, cette allocation n’apparaît pas dans la déclaration de revenus pré-remplie par l’administration fiscale, à condition que l’entreprise respecte les plafonds forfaitaires fixés. Il est important de noter que si le salarié a perçu des indemnités de télétravail inférieures à 603 euros en 2023 et que celles-ci ont été versées par l’employeur pour couvrir les frais de télétravail, il n’est pas nécessaire de les déclarer aux impôts. En effet, elles ne sont pas prises en compte dans son revenu imposable.

Cas particulier : frais réels

Pour ceux qui souhaitent déduire leurs frais réels, il est possible de renoncer à la déduction forfaitaire de 10 % des frais professionnels. Cette option permet de déclarer ses dépenses de manière plus précise. Ainsi, il est possible de déduire les frais de télétravail sans avoir à les justifier, dans la limite des plafonds établis par Bercy s’élevant à 2,60 euros par jour, soit 57,20 euros par mois ou 603,20 euros par an. Ce montant s’ajoute à celui de l’ensemble des frais réels professionnels de l’individu, à inscrire dans la case 1AK « frais réels » du formulaire déclaratif (2042).

Toutefois, si les plafonds établis par Bercy semblent insuffisants, il est possible de déduire des frais supplémentaires liés au télétravail, à condition de pouvoir les justifier auprès de l’administration fiscale.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
justin malraux
Justin Malraux