Changement majeur chez France Travail : une aide cruciale retirée à plus de 300 000 personnes

Changement majeur chez France Travail : une aide cruciale retirée à plus de 300 000 personnes

Le mardi 30 janvier 2024, le Premier ministre, Gabriel Attal, avait fait une annonce plutôt inattendue. Il s’agit de la suppression d’une allocation bien connue : ASS. Une mesure qui pénalise plusieurs centaines de milliers de bénéficiaires potentiels. Détails !

Plus de 300 000 bénéficiaires seront privés de cette aide

Le Premier ministre vient d’annoncer la fin imminente de l’allocation de solidarité spécifique (ASS). C’est une nouvelle plutôt décevante pour les Français concernés. Au total, plus de 300 000 personnes bénéficient de cette allocation. A cause de cette mesure, ces derniers en seront privés.

Face aux parlementaires, Gabriel Attal a déclaré : « Combattre les trappes à inactivité, c’est aussi assumer de réinterroger notre modèle ». Il a ainsi fait le point sur les mesures sociales prévues par le Gouvernement.

Pour le Premier ministre, l’ASS s’apparente à une aide « qui prolonge l’indemnisation du chômage et qui permet, sans travailler, de valider des trimestres de retraites. Nous considérons que la retraite doit être le fruit du travail, et donc nous proposerons la bascule de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) au revenu de solidarité active (RSA) et la suppression de cette allocation ».

Alors que la crise nationale de l’agriculture fait rage, le chef du gouvernement a pris une décision draconienne. Pour se justifier, il explique : «  Chercher un modèle social plus efficace et moins coûteux, ce n’est pas un gros mot, c’est un impératif ! ».

Rappelons que le RSA a été reformé, et pas qu’un peu. Désormais, la majeure partie des allocataires sont contraints d’effectuer entre 15 et 20 heures d’activité (obligatoires) par semaine pour jouir de l’aide versée par la CAF tous les mois.

Lire aussi :  Bonne nouvelle pour le déficit commercial français, voici les chiffres

Un autre changement majeur apporté par France Travail

L’entrée en fonction du nouveau Premier ministre s’accompagne de la suppression de l’ASS. C’est un nouveau chapitre qui commence fort. Versée par France Travail, cette allocation est destinée aux demandeurs d’emploi ne disposant plus de droits aux allocations chômage. Pour mémoire, son montant s’élève à 18,17 €/jour, soit 545,10 €/mois depuis le 1er avril 2023. Il varie en fonction des revenus déclarés par l’allocataire. Même en cas de reprise d’activité, le versement n’est pas interrompu, sous certaines conditions.

Différentes conditions doivent être remplies pour bénéficier de l’ASS :

  • L’inscription obligatoire sur France Travail (ex Pôle emploi).
  • Une justification d’activité d’au moins 5 ans au cours des 10 années précédant la clôture du dernier contrat de travail.
  • L’obligation d’avoir un âge en dessous l’âge légal de départ à la retraite
  • Une justification de ressources supérieures ou égales à 1 271 € par mois ou 1 998,70€ par mois (couple marié ou pacsé).
Lire aussi :  À votre avis, combien coûtent les anciens premiers ministres aux contribuables français ?

Pour l’heure, le calendrier officiel relatif à la suppression de l’ASS n’a pas encore été dévoilé par le Gouvernement. En principe, cette mesure doit encore passer par un texte soumis au Parlement.

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux