BNP Paribas s’engage à dédommager ses clients avec 600 millions d’euros suite à l’affaire des prêts toxiques

BNP Paribas s’engage à dédommager ses clients avec 600 millions d’euros suite à l’affaire des prêts toxiques

Cette décision marquera certainement la fin des cauchemars de toutes les victimes de cette affaire. En effet, l’association des consommateurs CLCV et BNP Paribas ont finalement trouvé un accord avec ce versement d’une valeur de 600 millions.

Un combat de longue haleine

Tout commence en 2019 lorsque près de 4 500 Français souscrivent à un prêt immobilier chez Cetelem qui est la filiale de BNP-Paris. Il s’agissait du contrat « Helvet immo » qui a été libellé en franc suisse, par contre le remboursement devait s’effectuer en euros. Mis en avant en 2008 et en 2009, cet emprunt était apprêté dans l’investissement locatif défiscalisé.

Toutefois, ce projet n’a pas pris la tournure souhaitée à cause de la crise des subprimes qui a entraîné le décrochage de la monnaie européenne. Par conséquent, les sommes à rembourser ont explosé, rendant les contrats en gouffre financier pour tous ceux qui ont succombé à ce prêt.

Les victimes se sont donc lancées dans des combats juridiques qui ont perduré pendant plus d’une décennie. En 2015, cette affaire avait fait l’objet d’une procédure pénale. Cela dit, l’association de consommateurs CSCV a pris la partie civile.

Lire aussi :  Comment exploser les rendements de votre Livret A en 2024 : Voici nos conseils

La justice est enfin rendue

Après plusieurs années de combat, les victimes voient enfin le bout du tunnel. À la fin du mois de novembre 2023, le géant BNP Paris a été condamné en appel pour pratique commerciale trompeuse. Même si l’association de consommateurs CLCV craignait un pourvoi en cassation, une solution à l’amiable a été trouvée.

Par conséquent, la filiale du crédit à la consommation s’engage donc à l’indemnisation des personnes qui ont été victimes de ces prêts toxiques. Ce dédommagement devrait concerner jusqu’à 4400 clients qui avait souscrit à ce contrat d’emprunt immobilier.

Des mesures en faveur des victimes

BNP Paribas a donc été condamnée pour avoir caché aux emprunteurs les risques liés à ce prêt en francs suisses. Celui-ci est aussi contraint à d’importants dommages et intérêts envers les victimes dont la valeur atteint quelques dizaines de millions d’euros. Pour mettre fin aux procédures qui ont perduré depuis de longues années, BNP Paribas a accepté de procéder à une indemnisation.

Lire aussi :  Maximiser la valeur de vos actions : l'effet des rachats sur le cours de Bourse

D’ici quelques mois, la filiale de crédit à la consommation devrait proposer des solutions aux emprunteurs victimes de cette pratique malveillante. Selon des sources fiables, l’accord qui a été conclu entre BNP Paris et l’association des consommateurs CLCV envisage l’annulation du contrat de ce prêt dont le montant unitaire varie entre 120 000 à 150 000 euros. Face à cette mesure, le géant pourrait donc être contraint de s’acquitter d’une somme astronomique allant de 400 à 600 millions d’euros.

Évidemment, la CLCV se réjouit de cette mesure puisqu’elle joue en faveur de toutes les victimes qui ont dû attendre de longues années avant de trouver une issue à cette affaire.

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux