Assurance vie et gestion pilotée : est-ce vraiment un choix judicieux ?

Assurance vie et gestion pilotée : est-ce vraiment un choix judicieux ?

En plus d’être le placement phare des Français, l’assurance-vie s’apparente à un véritable couteau-suisse de l’épargne. En effet, c’est un produit aux multiples fonctions. Différentes options y sont intégrées comme la gestion pilotée.

Petit rappel sur le fonctionnement de la gestion pilotée de l’assurance-vie

Lors de la souscription d’un contrat d’assurance-vie, deux solutions de gestion sont proposées : libre et pilotée. L’option B, la gestion déléguée, s’avère être plus avantageuse surtout pour les débutants. Vos actifs sont gérés par une équipe professionnelle. Travaillant pour le compte d’une société de gestion, elle se compose généralement de CGP (conseiller en gestion de patrimoine) et de conseillers financiers. Selon votre profil d’investisseur, un expert définit une stratégie d’allocation adaptée.

De fait, le CGP sélectionne scrupuleusement des supports d’investissement répondant aux attentes de chaque épargnant. Parmi les critères retenus, il y a notamment le niveau de risque auquel vous êtes prêt à courir. Moindre, moyen ou élevé, c’est à partir de ce paramètre que votre portefeuille d’actifs sera constitué.

Lire aussi :  Qu'est-ce qu’un conseiller en gestion de patrimoine ?

La gestion pilotée de votre contrat d’assurance-vie dépend grandement de votre profil d’investisseur :

  • Prudent
  • Modéré
  • Equilibré
  • Dynamique
  • Audacieux

Dans tous les cas, ce paramètre est ajusté dès la souscription de votre contrat d’assurance-vie. En cas de besoin, vous pouvez changer votre profil d’investisseur n’importe où et n’importe quand. Il suffit d’accéder à une plateforme digitale prévue à cet effet. En notifiant votre gestionnaire, vous pouvez basculer vers la gestion libre depuis votre espace client sur Internet.

Décryptage des avantages de la gestion pilotée

A l’évidence, la gestion pilotée de votre contrat d’assurance-vie s’accompagne d’un certain nombre d’avantages. Plus besoin de vous casser la tête sur l’allocation et les éventuels arbitrages de vos supports d’investissement. Faites confiance à votre CGP. D’autant qu’il dispose d’une parfaire connaissance des marchés financiers.

 

 

La gestion pilotée n’a pas vraiment d’utilité particulière si vous placez toute votre économie sur des fonds en euros. Bien qu’ils soient garantis, ils n’offrent pas de rendements élevés, contrairement aux unités de compte. Plus performantes, les UC s’accompagnent souvent d’un risque de perte en capital. D’où la nécessité de déléguer leur gestion à un conseiller financier chevronné.

Lire aussi :  Retrait sur une assurance vie de moins d'un an : que se passe-t-il ?

Notons toutefois que tous les contrats d’assurance-vie ne proposent pas forcément d’option de gestion pilotée. Elle est réservée aux souscripteurs de contrats d’assurance-vie multisupports. Différents types de supports d’investissement y sont accessibles :

  • ETF
  • Actions et obligations
  • Actions en direct
  • Trackers boursiers
  • Private equity
  • SCPI (société civile de placement immobilier) et SCI (société civile immobilière)
  • OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilière)
  • EMTN (Euro Medium Term Notes)

Bien entendu, la gestion pilotée, aussi avantageuse soit-elle, comporte un coût. Ce tarif oscille généralement entre 0,10 % et 0,70 %. Sans oublier les frais de gestion classique avoisinant 0,80 %. C’est pourquoi vous devez passer au crible les frais annexes prélevés sur votre contrat d’assurance-vie en gestion pilotée (les frais de mandat, notamment).

Finances & Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux