Agirc-Arrco : voici ce qu'il adviendra des plus petites retraites

Agirc-Arrco : voici ce qu’il adviendra des plus petites retraites

Les partenaires sociaux ont engagé des discussions sur la revalorisation des petites pensions dans le cadre du système de retraite complémentaire Agirc-Arrco.

L’objectif est d’apporter une aide aux retraités du secteur privé dont les revenus sont modestes, tout en préservant l’autonomie d’Agirc-Arrco et en répondant aux attentes du gouvernement.

Négociation pouvant conduire à une cogérance

L’année dernière, des discussions ont eu lieu entre le régime général et Agirc-Arrco concernant la suppression des pénalités et l’augmentation des pensions. Suite à ces discussions, une convention a été signée en octobre dernier entre le gouvernement et Agirc-Arrco, visant à étudier les mécanismes de solidarité envers les retraités à faible revenu du secteur privé.

Une somme qui dépasse la norme générée par la réforme des retraites, estimée à près de 2 milliards d’euros, a été évoquée, ainsi que l’impact de l’augmentation des pensions de 4,9% non prise en compte par le gouvernement en novembre de la même année. Les discussions ont également abordé la répartition des pensions versées et la compensation du régime général, pouvant atteindre entre 240 et 300 millions d’euros par an.

Lire aussi :  Ce qui change pour le LMNP en 2024 ne fera pas plaisir à tout le monde

Toutefois, cette compensation entraînerait une cogérance avec le régime général, ce qui soulève des questions sur la gouvernance d’Agirc-Arrco.

Une proposition venant des partenaires sociaux pour les petites retraites

Les partenaires sociaux veulent montrer une indépendance totale à la situation, mais ne veulent pas contester les objectifs de l’exécutif. Ils proposent d’étudier des solutions afin d’assister les retraités percevant de petites pensions tout en préservant l’autonomie du régime de retraite.

Ils suggèrent notamment de revoir les critères de calcul en tenant compte des situations qui sont instables et peu assurées pour l’avenir, en attribuant par exemple des points supplémentaires aux travailleurs en contrats à durer déterminés ou saisonniers.

L’objectif est d’éviter que ces périodes de chômage ne compromettent leur droit à la retraite en compensant les périodes sans emploi. Cette approche permettrait de mieux répondre aux besoins des retraités aux faibles revenus tout en maintenant l’équilibre financier du système de retraite.

Lire aussi :  Augmentation des prix de péages d'autoroutes - Pourquoi une telle hausse et où va l'argent ?

Un compromis reste à trouver

Les partenaires sociaux jouent un rôle crucial dans la recherche d’un compromis entre les attentes du gouvernement et les revendications des différents acteurs en matière de revalorisation des petites pensions et de solidarité. Il est important d’éviter un système de cogestion avec le régime général tout en veillant à ce que les retraités perçoivent une pension suffisante.

Bien que certaines organisations préfèrent maintenir le statu quo, d’autres souhaitent voir des mécanismes solidaires instaurés pour soutenir davantage les petits retraités financièrement. Pour trouver les meilleures réponses face à ce problème, une négociation complète, bien étudiée et efficace est donc nécessaire afin d’assurer la protection sociale des retraités tout en respectant la gestion autonome du système de retraite complémentaire d’Agirc-Arrco.

À ne pas rater !
Une Newsletter rien que pour vous !

Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
justin malraux
Justin Malraux