Comment ne plus laisser dormir son argent sur un livret A

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Placement argent livret A

Livret A c’est quoi ?

Le livret A, produit d’épargne bancaire et qui permet une certaine défiscalisation, a connu ses années de gloire. Depuis quelque temps déjà, les français sont en « désamour » avec leur livret A.

Le taux de rémunération du livret A est en baisse constante, se trouvant en 2016, sous la barre des 1%, soit plus précisément 0,75%. Cette baisse du taux a provoqué une décollecte massive de ce qui fut un temps, un moyen de se constituer une épargne bien rémunérée. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, entre 2014 et 2015, la décollecte enregistrée sur le livret A avoisine les 14,5 milliards d’euros. Le plafond du livret a est à 22 950 € contrairement au LDD (livret développement durable) qui est a 12 000 €. Le taux du livret a et du LDD sont égaux et son a différencier du livret bleu, du livret d’épargne populaire ou d’autres livrets. Pour ouvrir un livret, le particulier doit d’adresser à une banque.

Taux d’intérêt en baisse, décollecte massive, vers quel investissement les français vont-ils devoir se tourner pour avoir une épargne vraiment rentable ? Quel est le meilleure placement alternatif au livret A ?

1. Souscrire des parts de SCPI pour booster son épargne !

Face au faible niveau de rémunération de l’épargne placée sur le livret A, les SCPI sont devenues le placement immobilier star auprès des épargnants et pour cause, ce sont des sociétés qui ont pour objet d’acquérir des biens immobiliers par la collecte de l’épargne auprès du public. Les SCPI mettent ensuite ces biens en location ; de plus elles sont créées et gérées par des sociétés de gestion ; ce qui, pour les porteurs de parts constitue une garantie, dans la mesure où ils se verront verser par celle-ci des revenus nets de toute charge, revenus issus de la location de ces biens.

Pour les épargnants, investir dans une SCPI revient donc à placer son épargne dans une société qui donne un accès au marché immobilier. Chaque porteur de part devient donc «propriétaire » d’une portion du parc immobilier de la SCPI et touche des loyers au prorata de son investissement. Investir en SCPI permet de se créer un patrimoine immobilier diversifié et de qualité. Il convient de distinguer la scpi de rendement et la scpi pinel qui sont complètement différents tout comme l’opci. Il faut aussi distinguer les SCPI à capital fixe et les SCPI à capital variable.

Principal attrait des SCPI

Force est de constater que le principal attrait des SCPI est le rendement qu’elles génèrent. En général, les SCPI ont un taux de rendement qui oscille entre 5% et 6% ; ce qui, comparé à la faible rémunération du livret A, laisse peu de place à l’hésitation de choisir l’un de ces deux placements.

Au-delà du rendement qu’elle apporte, la SCPI permet aux investisseurs (les épargnants en l’occurrence) de disposer de plusieurs biens immobiliers qui sont mis en location sans pour autant qu’ils aient à s’en occuper (la société de gestion s’en occupe ; de la recherche de locataire à la réalisation des travaux d’entretien et de rénovation).

N’oublions pas que dans une SCPI, le risque locatif est mutualisé, puisque la société de gestion diversifie à la fois les biens qu’elle acquière et les locataires qui les occupent. Pour effectuer une souscription, il convient de passer par des spécialistes. Des sites de références comme l’aspim existent également.

De plus, la SCPI est un placement fiscalement intéressant; les revenus perçus par son intermédiaire sont intégrés dans la catégorie des revenus fonciers et sont donc de fait soumis à l’impôt sur le revenu, à hauteur de la participation du contribuable dans la SCPI. Elle offre aussi au contribuable la possibilité d’opter pour la déduction des frais réels et donc la possibilité de créer un déficit foncier et de déduire les intérêts d’emprunt lors d’un achat à crédit.

Quid de la liquidité du placement et de sa fiscalité ?

Les SCPI se revendent exclusivement sur un marché secondaire, le plus souvent dans le cadre d’une ouverture du capital. Ainsi donc, les parts de SCPI se revendent grâce à la confrontation de l’offre et de la demande.

Un investisseur qui revend ses parts peut réaliser une plus ou moins value.

De même, lors de la vente d’immeubles par la SCPI, elle peut réaliser une plus ou moins value.

Quelle sera donc la fiscalité appliquée aux plus values ainsi réalisées ?

Les plus values réalisées sont soumises à la taxation des plus values immobilières. Ainsi, elles sont soumises à l’impôt sur le revenu au taux de 19% avec un abattement pour durée de détention et une exonération de l’impôt sur le revenu à partir de 22 ans de détention).

De plus, elles sont soumises aux prélèvements sociaux au taux de 15,5% avec un abattement pour durée de détention et une exonération à partir de 30 ans.

2. L’assurance-vie : un placement à ne pas négliger

L’assurance vie est un outil de plus en plus utilisé par les épargnants. Ceci est dû au fait qu’il permet de se constituer une épargne, de la faire fructifier tout en bénéficiant de certains avantages fiscaux et de s’en servir dans le cadre d’une transmission de patrimoine en cas de décès. Il convient de bien choisir son contrat, son assureur et un contrat multisupport. Le capital reste disponible à tout moment.

Elle reste avant tout un placement de long terme, disponible et qui fiscalement est très intéressant. Elle offre à l’investisseur deux possibilités : investir sur les fonds euros (les placements effectués sur le fonds euros sont la plupart du temps garantis par les compagnies d’assurance) ou les unités de compte (actions, obligations, qui évoluent en fonction du marché).

livret A

Les fonds en euros

Les fonds en euros connaissent une baisse de rendement actuellement, les investisseurs sont donc nombreux à se tourner vers les contrats d’assurance-vie investis sur des supports en unités de compte, plus risqués, mais également plus rentables. Les OPCV et les supports sont placés sur les marchés financiers. Il est possible d’effectuer un rachat partiel ou total à tout moment.

Il faut retenir que, les parts de SCPI, sont souscriptibles au travers d’un contrat d’assurance vie en unités de compte ce qui offre l’avantage de bénéficier de la fiscalité avantageuse des contrats d’assurance vie.

Le souscripteur sera imposé en fonction de la détention de son contrat. Ainsi donc, l’imposition sera de 35% pour un contrat détenu depuis 4ans, 15% pour ceux détenus entre 4 et 8 ans et 7,5% au-delà de 8 ans ou la tranche marginale d’imposition.

Souscrire des parts de SCPI via un contrat d’assurance vie s’avère être un excellent moyen d’améliorer la performance du contrat.

Pour éviter de laisser votre épargne dormir sur un livret A qui ne vous rapporte quasiment pas grand-chose, nous vous conseillons de placer celle-ci sur les SCPI, soit en direct, soit via un contrat d’assurance vie. Quelle que soit l’option choisie, le placement que vous aurez effectué sera beaucoup plus rentable !

Antoine Cesari

Antoine Cesari

Je suis consultant manager en gestion privée dans l'un des plus grands cabinets français de gestion de patrimoine.
Spécialisé dans le conseil en investissement immobilier, je suis toujours à l'affut des meilleures opportunités.
Antoine Cesari

Les derniers articles par Antoine Cesari (tout voir)

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss