Retour à la normale du marché des SCPI avec une collecte de 1,15 Md€

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

La collecte des SCPI et OPCI est revenue à son rythme normal après des mois de collecte intensive. Cela est très bénéfique pour les épargnants, mais aussi pour les sociétés de gestion. Si elle avait été trop élevée, la concurrence entre les SCPI serait rude, les SCPI spécialisées seraient obligées de s’investir dans d’autres thèmes et la rentabilité locative aurait baissé.

La collecte des SCPI et OPCI

Les résultats de la collecte des SCPI et OPCI ont montré des chiffres très satisfaisants selon l’association française des sociétés de placement immobilier ou ASPIM. À la fin du mois de mars dernier, la capitalisation des SCPI immobilier d’entreprise a atteint son summum, soit 47,28 milliards d’euros.

Pour les SCPI de rendement, la collecte nette globale a atteint les 1,14 milliard d’euros durant les 3 premiers mois de 2018. Ce chiffre est le même que celui de la collecte des SCPI de rendement au second semestre de l’année 2017. Toutefois, il n’est pas si exceptionnel que ça par rapport à la collecte nette globale au cours des 6 premiers mois de 2017 qui avaient presque atteint les 3.8 milliards d’euros.

Pour les OPCI « Grand Public », la collecte était chiffrée à 438 millions d’euros au cours du 1er trimestre 2018. L’actif global qui est caractérisé par une prépondérance importante de l’immobilier a atteint les 13,47 milliards d’euros en mars dernier. Durant les 12 derniers mois, les OPCI ont collecté près de 2,995 milliards d’euros.

La baisse des taux de rendement des placements sans risque est profitable aux épargnants

Les taux de rendement des placements sans risque ont diminué. En raison de cette baisse du rythme de la collecte, les épargnants se sont rués vers la pierre papier. Cependant, à partir du second semestre 2017, il a connu un ralentissement. Pour Frédéric Bôl, président de l’Aspim, cette tendance est bénéfique pour les sociétés de gestion, puisqu’elle permet de maintenir des rendements attractifs en prévenant les tentations d’appropriation rapide. Les épargnants profitent également de ce ralentissement.

En effet, une collecte de rendement des placements sans risque qui est trop élevée risque de pousser les sociétés civiles de placements immobiliers ou SCPI à augmenter leur délai de jouissance pour la préservation des intérêts des épargnants.

Cette tendance aurait aussi obligé les SCPI à faire des acquisitions précipitées de nouveaux biens immobiliers pour continuer à payer leurs associés. Sans ce ralentissement, les SCPI spécialisées n’auraient pas d’autres solutions que d’investir sur d’autres thèmes pour éviter la baisse de leurs rendements. Une rude concurrence aurait aussi éclaté entre les sociétés de gestion pour acquérir des immeubles de premier ordre. De ce fait, la rentabilité locative aurait chuté et les prix auraient augmenté.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss