19/09/2019

Investir dans une PME

PME - image

L’investissement direct dans une PME

Encore peu connues du grand public, il existe plusieurs moyens qui leur permettent d’investir dans les PME. D’autant plus que ce type d’investissement non seulement présente des rendements élevés (de 8 à 25 % selon les professionnels) mais permet également sous certaines conditions de bénéficier d’une défiscalisation. C’est par exemple le cas de l’investissement direct dans les PME.

En effet l’IR-PME ou niche fiscale « Madelin » offre la possibilité aux contribuables qui effectuent un placement dans une PME de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18 % du montant de son investissement (dans la limite de 50.000 euros pour un célibataire et 100.000 euros pour un couple).

Ce dispositif de défiscalisation implique toutefois pour l’épargnant de conserver ses titres pour une durée minimale de cinq ans (en plus de l’année en cours). Il faut savoir que ce type d’investissement présente des risques et c’est pour cela que la plupart des investisseurs qui font le choix de faire un placement choisissent une PME dont ils connaissent le gérant.

Comment investir dans les petites et moyennes entreprises

Les petites et moyennes entreprises sont les entreprises qui totalisent moins de 250 salariés et réalisent un chiffre d’affaire de moins de 50 millions d’euros par an. Pour aider ce secteur à devenir plus dynamique et favoriser la croissance économique et de l’emploi dans le pays, l’Etat incite les contribuables à effectuer des investissements dans ces entreprises. En contrepartie, ils pourront bénéficier d’une réduction d’impôt.
Le particulier qui souhaite investir dans les PME peut ainsi le réaliser directement ou indirectement. Il peut choisir d’effectuer un placement en :

  • Love money : investissement auprès d’une société dont il connait le gérant (parent, enfant, etc…)
  • Business angels : plafond 50000 euros avec un placement minimum de 5000 euro
  • Crowdfunding : appelé aussi financement participatif
  • Fonds spécialisés : FIP et FCPI
  • Bourse

Principe d’un investissement direct dans une PME

Comment investir dans les petites et moyennes entreprises - image

Investir dans le capital d’une Petite et Moyenne Entreprise est l’une des façons à entreprendre pour réduire le montant de ses impôts. Pour se faire, le particulier optera soit pour un investissement direct ( plafond 50 000 euros) dans la société qui lui permettra de détenir directement des parts ou des actions qui représentent le montant du capital qu’il a placé ou bien pour un investissement indirect en plaçant son argent dans des fonds spécialisés (plafond 20 000 euros) à l’instar des Fonds d’investissement de proximité (FIP) qui favorisent l’investissement régional ou les Fonds commun de placement pour l’innovation (FCPI) qui ont pour but de soutenir les PME et PMI innovantes. Qu’il s’agisse d’un placement direct ou non, ces investissements bénéficient du même régime fiscal et peuvent parfaitement se cumuler dans la limite du plafond.

Fiscalité de l’investissement en PME

Les investissements en PME permettent de jouir d’une réduction d’impôt appelé IR-PME. Le taux de défiscalisation est de 18% du montant investi. Le capital investi est toutefois plafonné à 50 000 euros pour un célibataire et de 100.000 euros pour un couple.
Cette réduction d’impôt rentre également dans le plafond des niches fiscales à 10 000 euros.

Qui sont les bénéficiaires ?

  • Toutes les personnes physiques majeures et domiciliée fiscalement peuvent prétendre à l’IR-PME à la suite d’un investissement en numéraire dans une PME.
  • Les Créateurs d’entreprises qui investissent en numéraire au capital de leur propre société. 

Quelles sont les conditions liées à la défiscalisation ?

  • Les titres placés en PME doit être conservés pendant 5 ans.
  • Ils ne peuvent pas être côtés.
  • Les PME où l’on effectue un placement doivent être situées dans un Etat membre de l’Union Européenne, exercer une Activité Industrielle, Commerciale, Artisanale, Agricole ou Libéral et soumises à l’Impôt sur les bénéfices des Sociétés (IS).

Rentabilité de l’investissement en PME

Les solutions d’investissement en PME - image

Si l’investissement permet de bénéficier d’une réduction de l’impôt sur le revenu de 18%, sa rentabilité dépend toutefois des conditions de sortie. Ainsi en prenant en considération la flat tax à 30%, une sortie effectuée après 5 ans d’investissement (durée minimum de placement de titres en PME), permet de réaliser un taux de rentabilité TRI de 3.9% tandis qu’une sortie au bout de 10 ans réalise une performance de TRI de 2%.

Solution
Tri sur 5 ans
Tri sur 10 ans
Sortie à 50% du capital de départ-9% -4,7%
Sortie à 60% du capital de départ-5,8%-3%
Sortie à 70% du capital de départ-3%-1,5%
Sortie à 80% du capital de départ-0,5%-0,2%
Sortie à 90% du capital de départ1,8%0,9%
Sortie à 100% du capital de départ3,9%2%

Les solutions d’investissement en PME

Il existe plusieurs façons d’investir dans les PME divisées en deux catégories : l’investissement direct et l’investissement indirect.

L’investissement direct, par financement direct d’une PME

L’investisseur acquière directement des parts du capital d’une PME. A savoir que ce type d’investissement, requiert un certain nombre de connaissances du marché entrepreneurial afin de bien choisir la PME d’investissement.

L’investissement indirect, par Fonds spécialisés FIP et FPCI

Fond spécialisé qui vu le jour grâce à la loi Dutreil en 2003, les Fonds d’Investissement de Proximité ont comme objectif d’accroître le développement de PME régionales. Les entreprises financées doivent se situés dans les 4 régions voisines. L’actif du FIP doit être composé à 70% au minimum de titres de PME éligibles de moins de 7 ans.

L’investissement en PME permet d’être éligible à un dispositif de défiscalisation. Si le FIP de droit commun permet de réduire ses impôts de 25% du montant de l’investissement ; le FIP Corse et DOM-TOM quant à eux offrent une réduction de 38%. Les FPCI sont quant à eux des fonds spécialisés qui ont pour but de financer le développement des PME innovantes. Tout comme le FIP, ils doivent être composés à 70% de titres PME. Ils permettent également de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18% de l’investissement (plafond=12 000 € pour un célibataire et 24 000 € pour un couple).

L’investissement indirect, par financement participatif ou Crowdfunding

Le financement participatif ou equity crowdfunding est un outil qui permet de financer des PME. Son taux de rendement varie entre 3 et 12% brut par an.
Lorsque l’investisseur souhaite faire un placement en crowdfunding, il peut l’effectuer de deux façons :

  • En crowdfunding direct : ticket d’entrée élevé, l’investisseur aura moins d’influence sur son placement.
  • Crowdfunding via holding : ticket d’entrée plus faible, l’investisseur a ainsi plus d’influence sur la stratégie de l’entreprise.

A l’issu de son placement, l’investisseur percevra une rémunération sous forme d’intérêts mensuels, de dividendes annuels ou de plus-values en cas de cession d’actions.

Notre avis sur la défiscalisation de l’investissement en PME

L’investissement dans le capital des PME permet de bénéficier d’une réduction de son impôt sur le revenu correspondant à 18% du montant de la somme investie (plafond 50000 euros). Les divers dispositifs de défiscalisation donnent également la possibilité aux investisseurs de diversifier son portefeuille en effectuant des placements dans des actions non cotées. C’est un bon moyen d’investissement si l’on souhaite jouir d’un système de défiscalisation. Cependant, l’investissement en PME présente des risques. Il est recommandé à chaque investisseur de choisir le support qui correspond le mieux à son profil et son objectif de placement.