Jeunes actifs : comment faire pour fructifier son patrimoine immobilier et financier ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

L’élaboration d’une bonne stratégie patrimoniale est une étape cruciale à franchir pour le développement de son patrimoine immobilier et financier. Quoi qu’il en soit, on ne peut pas investir dans l’immobilier d’un simple coup de tête. Cette décision peut avoir des répercussions négatives sur la carrière professionnelle de l’investisseur surtout s’il a négligé des détails importants. Il doit en effet tenir compte de sa situation professionnelle et familiale et se fixer des objectifs avant de se jeter à l’eau.

Forte capacité d’épargne pour les jeunes actifs

L’étude Ifop Café de la Bourse a prouvé que la capacité d’épargne des jeunes actifs français reste élevée. 78 % d’entre eux affirment que la gestion de leur épargne ne leur pose aucun problème. Les indicateurs avancés montrent qu’ils épargnent entre 204 à 578 € chaque mois. La forte capacité d’endettement des jeunes actifs français de moins de 40 ans peut aussi jouer en leur faveur. Ils ont toutes les cartes en main pour optimiser son investissement.

Quoi qu’il en soit, ils doivent trouver un plan infaillible permettant de valoriser l’épargne mensuelle. Pour ce faire, l’investisseur doit trouver le type de placement correspondant à son profil. À noter que ce choix ne doit pas être pris à la légère. Il importe de tenir compte de sa situation personnelle (marié, célibataire, étudiant, salarié) avant de prendre une décision. L’investisseur saura ainsi s’il fait partie des jeunes actifs disposant d’une forte capacité d’épargne. Si c’est le cas, son projet ne risquera pas de tomber à l’eau.

Forte capacité d’épargne pour les jeunes actifs

Optimiser le placement financier et la gestion de patrimoine

Pour réussir son investissement immobilier, un jeune actif doit choisir le type de placement en fonction de ses objectifs. S’il souhaite obtenir un rendement attractif, il faut mettre une croix sur l’épargne sans risque, car l’inflation grignotera les 0,75 % du livret. Le faible rendement des fonds euros peut aussi changer la donne. Raison pour laquelle il est préférable de se lancer dans l’investissement en actions. C’est d’ailleurs le meilleur moyen pour bien préparer sa retraite. L’investisseur pourra financer des projets à court terme grâce aux fonds à capital garanti et au marché obligataire.

Bien sûr, l’investisseur doit vérifier sa capacité d’épargne et sa capacité d’endettement avant de se jeter à l’eau. Il est aussi important de maîtriser le principe de la diversification du patrimoine afin d’éviter les pièges de l’investissement immobilier. Quoi qu’il en soit, les risques sont bel et bien présents. D’ailleurs, Hugo Bompard, cofondateur et Directeur Scientifique de Nalo, a déclaré dans une Tribune de mai 2018 que les Millennials ne bénéficient pas de la même sécurité que la génération de leurs parents.

Quels types de placements choisir ?

Un investisseur peut choisir de répartir son portefeuille immobilier entre placements garantis et placements sans risques. Dans ce cas, il peut investir une partie de son épargne mensuelle dans des parts de Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI). Il pourra ainsi profiter de l’effet de levier d’un crédit immobilier. D’ailleurs, les statistiques récentes montrent que 40 % des jeunes actifs français préfèrent investir leur argent dans ce type de placement. Puisqu’il s’agit d’optimiser son placement financier et la gestion de son patrimoine, on peut envisager de placer une partie de son épargne à des actions ou des OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) diversifiés.

Cela permet de viser des dividendes et plus-values à long terme via un PEA ou une assurance-vie. Par ailleurs, il est possible de sécuriser les liquidités restantes et de rentabiliser son épargne en ouvrant un contrat d’assurance-vie investie en euros. Cela permettra aux jeunes actifs de bénéficier de plusieurs avantages fiscaux. Par contre, l’épargnant doit attendre 8 ans après la souscription du contrat d’assurance-vie pour atteindre la fiscalité optimale. La taxe forfaitaire ou impôt à taux unique (Flat tax en anglais) à 30 % s’applique au-delà des huit ans dans l’hypothèse où l’encours dépasse les 150 000 € pour une personne seule et 300 000 € pour un couple.

Produits et services financiers en ligne

Produits et services financiers en ligne

Contrairement aux investisseurs plus âgés, les Millenials s’intéressent plutôt aux contrats d’assurance-vie en ligne proposés par les banques digitales ou les robots-advisors. Selon l’étude Ifop Café de la Bourse, 1 jeune actif sur 2 préfère ouvrir un contrat d’assurance-vie sur la toile, c’est surtout le cas des jeunes actifs les plus aisés. On sait aussi que 36 % d’entre eux se tournent vers le crowdfunding ou le financement participatif pour lever des fonds.

La génération Y pourra donc utiliser cette méthode pour diversifier son patrimoine de manière efficace. D’après les indicateurs avancés, l’assurance-vie en ligne séduit 15 % des jeunes actifs français, 24 % pour les Millennials aisés. Quoi qu’il en soit, les jeunes actifs français ont d’autres chats à fouetter. En effet, ils doivent payer leurs impôts et s’occuper de leurs familles. C’est pourquoi l’intervention d’un conseiller en gestion de patrimoine est nécessaire. Normalement, ce professionnel devra proposer la meilleure solution adaptée à la situation de l’investisseur.

Faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine

La diversification de son patrimoine immobilier nécessite beaucoup de temps et on connaît tous la suite. En tout cas, la gestion d’un portefeuille immobilier s’avère plus compliquée. C’est donc normal si la majorité des jeunes actifs ne parviennent pas à accomplir cette tâche seule. Pour cela, ils doivent faire appel aux services d’un conseiller spécialisé en gestion de patrimoine ou CGP. Il sera plus facile de construire une stratégie gagnante grâce à ses conseils personnalisés.

Il proposera un accompagnement « customisé » au jeune actif pour que celui-ci puisse atteindre ses objectifs. Il sera également plus facile de résoudre des problématiques liées aux donations et successions. En tout cas, les solutions proposées doivent correspondre aux besoins de l’investisseur. Contrairement à ce que pensent un grand nombre de personnes, certains CGP peuvent intervenir même si les revenus et le capital de l’investisseur (jeune actif) sont encore faibles. Ils sont au courant qu’il faut attendre quelques années pour faire fructifier son épargne dans ce type de placement. Heureusement, les conseillers en gestion de patrimoine ne manquent pas sur la toile. Il faut retenir que les professionnels qui proposent les offres les plus attrayantes ne sont pas forcément les meilleurs.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss