Imposition en 2018 : comment l’optimiser ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Imposition en 2018 : comment l’optimiser ? La mise en place du système de prélèvement à la source a engendré une toute autre stratégie fiscale auprès des contribuables depuis le mois de janvier dernier. Dans le cas où sa note fiscale de cette année n’offre plus aucune possibilité d’allégeage, il faut prendre les bonnes décisions pour amortir celle de l’année prochaine.

Comment devrait-on procéder alors ? Quelles solutions faut-il prendre en 2018 ? Comment éviter les obstacles du prélèvement à la source ?

Imposition en 2018 : une année de transition

Par rapport à la notion de fiscalité, 2018 est définie autrement avec la réforme mise en place. Le système de prélèvement à la source consiste à payer les impôts à partir du moment où une personne touche les revenus qui correspond à celle-ci, il n’y a plus donc de décalage.

Avec cette réforme, l’année 2018 est considérée comme une année blanche. Pourquoi ?

  • Avec la mise en place du crédit d’impôt de modernisation du recouvrement, la loi a effacé les impôts sur les revenus perçus en 2018.
  • Ceux qui ont des revenus exceptionnels doivent par contre payer leurs impôts.

Les réductions et crédits d’impôts sont à prioriser !

Il faut reconnaître que le nouveau système mis en place, avec l’année blanche n’efface pas l’existence des bénéfices sur les réductions et crédits d’impôts. Cependant :

  • Les avantages des dispositifs de défiscalisations seront toujours perçus par les contribuables surtout les investissements dans les PME (direct ou non avec FIP ou FCPI), les investissements dans les PME en Corse ou en Outre mer via FIP, ou les investissements dans les SOFICA, et les investissements immobilières locatifs direct ou via les Sociétés Civiles de Placement Immobilier ;
  • Et les frais pour les services à la personne (garde d’enfants) et emplois à domicile, les dons vers des associations seront toujours perçus.

Dans ces conditions, les avantages seront perçus comme des crédits d’impôts jusqu’en septembre 2019. Et s’il y a des revenus exceptionnels, les avantages fiscaux seront reçus comme une réduction d’impôts en premier lieu et après tout le solde du contribuable sera reversée.

Ceux qui œuvrent au sein des services à domicile recevront leur crédit d’impôts qui est l’équivalent du 30% du crédit de 2018, durant le premier trimestre de l’année 2019.

Comment fonctionnent les dépenses déductibles des revenus moins avantageuses ?

Puisque l’année 2018 est une année blanche, les dépenses déductibles des revenus subissent quelques pertes en termes d’efficacité surtout pour les revenus fonciers, les rachats de trimestres pour la retraite, les placements dans les monuments historiques et les paiements faits par rapport à un contrat d’épargne retraite.

Parlons un peu du PERP !

Il faut noter que les paiements faits en 2018 sur le Perp n’engendrent nul avantage fiscal que si le propriétaire est en possession des revenus exceptionnels. Tous les épargnants doivent maintenir leur niveau de versement de l’année 2017 pour pouvoir jouir des différents avantages fiscaux proposés dans les contrats de 2019. Dans le cas contraire, les versements de l’année prochaine ne seront pas entièrement déductibles.

Qu’en est-il du contrat Madelin ?

Ceux qui ont opté pour un versement Madelin subiront un autre régime. Réduire ou supprimer serait une erreur car un contrat Madelin engendre obligatoirement un versement annuel avec un taux de PASS de 4.17%. Si dans le cas où la personne ne paie pas sa cotisation, lors d’un contrôle fiscale, il doit réintégrer les trois dernières déductions fiscales des années qu’il a acquis dans son bénéfice imposable.

Dans un contrat Madelin, si la personne a omis de faire un versement, cela créera un revenu exceptionnel taxable et surtout si la somme imposable est supérieure à la plus haute somme versée durant les 3 années précédentes. Les mesures exigeantes du PERP ne touchent pas le contrat Madelin.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss