Immobilier en France : les prix s’élèvent dans les grandes villes

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Depuis mars dernier, les prix de l’immobilier en France se sont inévitablement accrus malgré la légère baisse rencontrée suite à l’évolution des taux de crédit immobilier. Ce phénomène se ressent surtout dans les grandes villes de la Métropole, et particulièrement à Paris, selon les statistiques publiées par deux baromètres internationaux du marché immobilier : le site MeilleursAgents.com et le réseau d’agences Century21. En effet, ces prix ont largement dépassé les 9 000 € le mètre carré, moyennant une hausse de 5,9 % durant le 1er trimestre de l’année dernière et le premier trimestre 2018. Néanmoins, Bordeaux voit ses prix abaisser.

Immobilier en France : Paris tient le record

Paris compte la première ville française qui a appliqué la hausse au niveau des prix de l’immobilier. La barre de 9 000 € par mètre carré est largement dépassée. L’on y a même enregistré des chiffres records de plus de 10 000 € pour les 8 arrondissements sur 20 de la capitale. Ces montées des prix de l’immobilier, entre autres, se ressentent chaque année et sont l’impact d’une forte demande devant une offre médiocre en biens immobiliers : +2,1 % en janvier, +1,2 % en février et +0,6 % en mars dernier.

Ces hausses de prix touchent surtout les immobiliers sur des petites surfaces comme des studios ou bien de deux-pièces. Une autre étude avance aussi que cela peut aussi être engendré par le non-encadrement des loyers ou la forte hausse des primo-accédants sur le marché. Néanmoins, Paris maintient encore un taux d’intérêt assez faible de 1,7 % sur 20 ans. Selon les notaires de France, avec une hausse de 8,6 % durant une année, les prix de l’immobilier ancien devrait atteindre les 9 330 € à compter du mois de mai prochain. Ce qui impactera logiquement sur la réussite des programmes neufs dans la capitale.

Immobilier en France Paris tient le record

Bordeaux de plus en plus calme

Contrairement à Paris, Bordeaux et les régions sont plutôt calmes pour cette année. Les prix de l’immobilier dans l’ancien ont baissé, et ce pour la première fois depuis plusieurs mois. Cela est dû, en effet, au fort développement du marché immobilier dans ces localités, à la baisse du pouvoir d’achat immobilier des investisseurs ou à la dureté des conditions de location via les plateformes comme AirBnB.

Toutefois, ces huit dernières années ont enregistré une hausse significative des prix de l’immobilier à Bordeaux : 23 % sur 5 années, 15 % en 2016 et plus de 12 % l’année dernière. Une autre étude immobilière a même publié que Bordeaux est la deuxième ville la plus chère après Paris, car le prix du mètre carré a été fixé à 4 363 € en moyenne.

Une hausse significative dans d’autres villes françaises

À part Paris, plusieurs autres régions françaises rencontrent inévitablement aussi une augmentation au niveau de leurs prix de l’immobilier : +0,4 % pour Marseille, +0,7 % pour Lyon, +1 % pour Strasbourg, et +0,9 % pour Montpellier et Rennes. Par contre à Lille et Nice, les prix demeurent stables : +0,2 % et +0,1 %.

Ces hausses sont la conséquence directe du contexte économique du pays et de chaque grande capitale régionale de la France, ainsi que du fort maintien des taux de crédit assez bas dans ces parties. Mais cela peut aussi provenir de la politique monétaire de la Banque centrale européenne ou BCE.

En effet, si le taux moyen dépasse plus de 2,5 % sur 20 ans, les prix de l’immobilier descendront obligatoirement. Bref, c’est surtout depuis le 1er avril dernier que l’immobilier a rencontré des révisions de prix, soit +0,1 % sur l’ensemble de la France, et -0,1 % dans les zones rurales.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss