Gestion de son contrat d’assurance-vie : les conseils à retenir

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Il est vrai que l’ouverture d’un contrat d’assurance-vie est un jeu d’enfant, mais il est important de bien choisir la méthode de gestion de son contrat pour éviter les risques. Heureusement que les assureurs proposent des outils de gestion efficaces adaptés aux besoins des épargnants. Gestion pilotée, stop-loss, stop-win, investissement progressif ou dynamisation des plus-values. Quelle est la meilleure solution pour bien gérer son contrat d’assurance-vie ?

Gérer son contrat d’assurance-vie

Opter pour le « stop-loss »

Il est tout à fait possible d’anticiper une baisse des taux des marchés boursiers grâce à l’outil de gestion appelé « stop –loss ». Celui-ci agit comme un filet de sécurité évitant une perte en capital trop importante à l’assuré. Ainsi, le titulaire du contrat ne sera plus obligé de surveiller les cours des indices boursiers en permanence et pourra limiter ses moins-values en cas de chute. Le capital constitué sera immédiatement transféré vers un fond garanti (en euro) lorsque celui-ci a atteint le seuil autorisé. En pratique, si le souscripteur achète un titre X à 40 €, mais ne peut pas se permettre de perdre plus de 10 €, il va fixer le « stop-loss » à 30 €. Dès que le titre atteint ce plafond, l’épargne constituée sera placée sur le fonds en euros.

Miser sur le « stop-win »

Le « stop-win » reste l’un des outils de gestion de contrat d’assurance-vie les plus efficaces. Il s’agit ici de la sécurisation des plus-values (significatives.). Autrement dit, cela permet de protéger les gains générés par les placements financiers. Le principe est simple, l’assuré peut fixer un plafond d’investissement pour les plus-values qu’il souhaite réaliser, une fois que le montant prédéfini est atteint, les sommes placées sur le contrat seront transmises sur un placement plus sécurisé (fond en euros). Si l’épargnant achète un titre Y à 30 € et que celui-ci lui a permis de réaliser d’importantes plus-values, il peut placer le « stop-win » à 45 € afin de transférer les 15 € de profits sur un fond garanti, mais aussi afin de protéger ses plus-values. D’ailleurs, cette méthode ne peut pas modifier le capital de départ.

Établir une stratégie d’investissement progressif

L’investissement progressif en assurance-vie permet de limiter les risques liés à l’évolution des cours des marchés. Le souscripteur pourra ainsi continuer d’alimenter son contrat sur un fonds garanti et de programmer un transfert progressif du capital constitué vers des placements plus performants (Unités de compte).

En clair, l’assuré investi sur un fonds en euros pour ensuite le convertir progressivement en UC. Il pourra ainsi lisser les conséquences de la variation des marchés boursiers sans se soucier du moment idéal pour débuter sur les marchés financiers. Quoi qu’il en soit, certains investisseurs optent pour le rééquilibrage automatique des placements entre différents OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) afin d’assurer la mutualisation des risques financiers.

Sécuriser son capital avec la dynamisation des plus-values

La dynamisation des plus-values s’adresse aux épargnants souhaitant protéger leur capital initial placé sur une assurance-vie tout en augmentant les plus-values produites par leur placement. En réalité, seuls les profits réalisés sur le contrat de fonds en euro sont transmis vers des supports plus dynamiques tels que les unités de compte. La performance sera donc au rendez-vous grâce à cet instrument de gestion de contrat d’assurance-vie. Dans tous les cas, le capital de départ sera sécurisé.

Certes, l’assurance-vie reste le placement préféré des Français, mais cette enveloppe d’épargne comporte des risques notamment les UC. Quoi qu’il en soit, il est toujours possible de se tourner vers la gestion pilotée de son portefeuille d’investissement. Pour ce faire, il est conseillé de faire appel à un expert des marchés financiers (société de gestion). L’assuré pourra ainsi personnaliser la gestion de son portefeuille en fonction de son profil d’investisseur et son horizon d’investissement.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss