Les fonds euros en assurance-vie : la meilleure solution d’épargne

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Contrairement à ce que pensent certaines personnes, les fonds en euros ne sont pas encore morts. Il s’agit des fonds euro classiques, des fonds euro diversifiés, des fonds euro immobiliers, des fonds euro dynamiques et des fonds Euro-croissance. Il existe d’ailleurs d’autres produits d’épargne sans risque alternatif aux fonds en euros. Le point dans cet article.

Les performances des fonds euro classiques continuent de chuter depuis 2001 à 2017

Selon une étude réalisée par le Cercle de l’Épargne/CECOP/IFOP en 2016, plus de 60 % des Français sont convaincus que l’assurance-vie reste la meilleure solution d’épargne. L’encours de ce type de placements était supérieur à 1 712 Md€ au cours du mois de juillet 2018. Bien entendu, 8,6 % de l’allocation des fonds euro classiques étaient investis en actions en 2017 (contre 8,1 % en 2016). En clair, les actifs de diversification tels que les actions, l’immobilier, le monétaire et les produits structurés représentent plus de 17 % de la composition des fonds euro classiques à fin 2017, soit une hausse de 1,5 point. Quoi qu’il en soit, d’après les statistiques publiées par la Fédération française de l’assurance-vie (FFA), la performance des fonds euros a progressivement chuté depuis 2001 à 2017. En effet, le taux de rendement moyen des fonds euros classiques s’établissait à 1,8 % en 2017 (contre 1,9 en 2016, 2,3 % en 2015, 2,5 % en 2014, 2,8 % en 2013, 5,3 % en 2000).

Comment explique-t-on la chute du taux de rendement des fonds en euros classiques ?

Si les performances des fonds euros classiques sont continuellement en baisse, c’est parce que l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) voulait abaisser le taux de rendement de ces supports d’investissement suite à l’annonce de François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France et président de l’ACPR. Celui-ci affirmait que « le contexte des taux bas conduit à une situation où les rendements des titres entrant en portefeuille sont inférieurs aux taux servis sur leurs polices d’assurance-vie ».

Le ministre des Finances et des Comptes Publics, Michel Sapin, et le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) ont également soutenu le point de vue du président de l’ACPR. La mise en place de la loi Sapin II a entraîné la baisse des performances des fonds en euros classiques. En clair, les autorités de contrôle ont encouragé les établissements bancaires et les compagnies d’assurance à diminuer, de manière significative, les taux de rendement des fonds euros logés dans une assurance-vie dans l’objectif de se protéger face à une éventuelle augmentation des taux d’intérêt.

Existe-t-il des fonds alternatifs aux fonds euros classiques ?

Les fonds euros diversifiés

D’un point de vue concret, les fonds euros diversifiés affichent un taux de rendement élevé par rapport aux fonds euros classiques. C’est pourquoi la plupart des épargnants préfèrent se tourner vers ces supports de placement dans le cadre d’une assurance-vie. Théoriquement, les actifs plus risqués tels que les actions présentent un taux de rendement plus attractif. En revanche, les fonds seront bloqués pendant plusieurs années, mais seront sécurisés à l’échéance du contrat. En conséquence, les fonds euros diversifiés s’adressent en particulier aux personnes souhaitant se constituer retraite complémentaire. Ils sont majoritairement investis sur des obligations. Le taux de rendement des fonds euros diversifiés (net de frais et brut de prélèvement social) s’établit à 1,88 % l’an dernier.

Les fonds euros immobiliers

Les fonds euros immobiliers sont d’excellents alternatifs aux fonds euros classiques, en grande partie grâce à leurs performances inégalées. Il faut toutefois retenir que les assureurs ont décidé de réduire les possibilités d’investissement pour ces supports de placement l’année dernière. Autrement dit, les fonds euros immobiliers se raréfient. En tout cas, leur allocation à fin 2017 est de 45 % en immobilier, 46 % sur les obligations et 6 % sur les actions. Ils sont, en général, immunisés contre la chute brutale du taux de rendement des fonds euros classiques. La dégradation des taux servis ne semble pas avoir d’impact sur la performance de ces supports d’investissement en assurance-vie. C’est pourquoi le taux servi par les fonds euros immobiliers s’établissait à plus de 2,45 % en 2017.

Les fonds euros dynamiques

Comme leur nom l’indique, les fonds euros dynamiques offrent d’excellentes performances par rapport aux fonds euros classiques. Le taux de rendement était de 2,21 % l’année dernière (contre 1,6 % pour le fonds euros classiques). Quoi qu’il en soit, les fonds euros dynamiques avaient délivrés une rémunération inférieure à celle des fonds en euros en 2016, soit 1,6 % contre 1,8 %. Il est aussi important de retenir que les fonds euros dynamiques sont exposés aux risques d’investissement liés à la détention d’actifs immobiliers et de fonds en actions. Les fonds euros dynamiques sont généralement pilotés selon une gestion à coussin consistant à segmenter l’allocation d’un fonds en actifs peu risqués et d’un autre plus risqué afin de garantir l’obtenir d’un taux de rendement élevé et sécurisé.

Les fonds Euro-croissance

Il est tout à fait possible de loger des fonds Euro-croissance au sein d’un contrat d’assurance-vie afin de bénéficier d’un taux de rendement élevé. Grâce à Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, les fonds Euro-croissance commencent à faire parler d’eux. Il a en effet annoncé lors de la présentation du projet de la loi de PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) qu’il ambitionne de faire passer l’encours des fonds Euro-croissance de 2 Md€ à 20 Md€ d’ici deux ans (en 2020). François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France recommande également aux clients de se tourner vers ces supports d’investissement pour se constituer une épargne sans risque à long terme.

Les fonds Euro-croissance obéissent, en clair, au principe de diversification des fonds euros diversifiés ou « régime de retraite ». Certes, les fonds Euro-croissance logés dans une assurance-vie seront inaccessibles durant une longue période, mais le rendement délivré sera indéniablement élevé par rapport à celui des fonds euros classiques.

Techniquement, ce genre de contrats est composé de deux parties bien distinctes : l’une est dédiée à la garantie du capital investi et l’autre est dédiée à la diversification. Tout dépend, bien entendu, de la durée de blocage approuvée par l’épargnant au moment de la souscription du contrat d’assurance-vie. Selon les statistiques publiées par la FFA (Fédération française de l’Assurance), le taux de rendement des fonds Euro-croissance s’établissait à 3,4 % en 2017.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss