La dématérialisation des marchés financiers à la lumière de l’Histoire

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les marchés financiers permettent une confrontation de l’offre et de la demande des capitaux. Les instruments financiers que sont les actions, les obligations et les billets de trésorerie représentent les titres cotés émis et faisant l’objet de négociation. Le marché financier prend l’appellation de la Bourse et devient le lieu de rencontre des investisseurs qui sont des particuliers, des sociétés ou encore des institutions. Si autrefois, les échanges se faisaient par le biais d’une confrontation physique, ceux-ci se modernisent et sont désormais dématérialisés grâce à la révolutionnaire entrée en scène d’internet et de la mise en réseau du système informatique.

marchés financiers

L’informatisation des transactions de la Bourse

La révolution technologique sur les marchés financiers donne alors un nouveau sens à l’adage « time is money », lequel devient « money is information ». Grâce à l’invasion de ces innovations, il est possible d’acheter des titres quel que soit l’endroit où l’on se trouve dans le monde, tout simplement en se connectant sur le réseau informatique. Suivre l’évolution des cours et s’enquérir de la valeur en temps réel des produits financiers émis sur le marché peut désormais se faire en un simple clic. Les opérations financières se transforment en jeu d’écriture électronique réalisé par les banques et les maisons de courtage. Avec la percée fulgurante d’internet, de nouveaux clients peuvent ainsi passer un ordre d’achat ou de vente en ligne.

La cotation est assistée en continu au moyen d’un système électronique au début des années 1980. Ce système a vu le jour sur le National Association of Security Dealers Automated Quotations ou NASDAQ, sur le marché américain. La Bourse de Londres met ensuite en place le Stock Exchange Automated Quotation ou SEAQ en 1986. Ce système permet de fluidifier les négociations ainsi que la liquidité des titres. C’est sous l’appellation CAC ou Cotation Assistée en Continu que le système Cats de la Bourse de Toronto a à son tour été adopté à la Bourse de Paris.

Les morceaux de papier représentant les actions et les obligations ont dès lors disparu sur le marché financier. Les négociateurs ont abandonné leur corbeille et les ordres sont échangés et transmis sur des terminaux spécifiques. Grâce à l’informatisation des transactions de la Bourse, le concept se démocratise, avec une totale transparence des informations. En effet, les coteurs n’ont plus le monopole des données : l’ordinateur central du CAC reçoit les ordres émis qui sont aussitôt mis à jour sur le carnet d’ordres des valeurs négociables.

La naissance des marchés financiers

C’est depuis l’Antiquité que les marchés financiers seraient nés, notamment dans la Rome Antique. Les Chevaliers et les Publicains créèrent alors les premières sociétés de capitaux. La Bourse aurait vu le jour en Italie vers le début du XIVème siècle ; mais la place financière où se déroulaient la majorité des transactions dans les siècles qui suivirent fut Anvers jusqu’au XVIème siècle. Les archivistes retracent l’existence au XIVème siècle de la famille Van Den Börse. Celle-ci aurait été à l’origine de l’appellation « Bourse » : c’est devant l’hôtel particulier de cette famille que se réunissaient les négociateurs pour réaliser leurs transactions. Les négociations portaient sur les lettres de change et les effets de commerce.

A partir de 1592, une nouvelle période s’ouvre marquée par le transfert des richesses du monde vers l’Europe. Le cours des actions vendues au public fut dès lors déterminé par l’offre et la demande, entraînant la mise en place du système d’échange physique d’argent et de titres. La Bourse fut définie comme étant un lieu public de transactions financières entre les particuliers, les banquiers, les courtiers et les agents commissionnaires, où les négociateurs transmettaient leurs informations par des signes de la main. Sur cette place se pratiquaient régulièrement les opérations de paiement, de change, de fret, etc.

En conclusion, et à l’aune de l’Histoire des longues durées, l’entrée en scène retentissante de l’informatique et d’internet a entièrement démocratisé l’accès aux placements et aux financements sur les marchés financiers. À l’ère où nous vivons, la dématérialisation de ces marchés devient ainsi le principal vecteur de l’innovation boursière. C’est un changement radical qui vient mettre fin à une période de près de quatre siècles et nous fait entrer dans une ère nouvelle : l’ère numérique.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss