Crédit immobilier après la soixantaine : Comment l’obtenir ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Il est tout à fait possible d’emprunter après l’âge de 60 ans à condition de monter un dossier solide. En effet, la plupart des établissements de crédit sont un peu trop exigeants envers les seniors sollicitant un crédit immobilier, car leur santé est jugée fragile. De ce fait, les organismes prêteurs craignent qu’ils ne parviennent pas à rembourser le montant emprunté en cas de défaut de paiement. Quoi qu’il en soit, il existe des solutions adaptées aux besoins des seniors souhaitant contracter un crédit immobilier auprès d’une banque.

L’assurance emprunteur : l’une des raisons qui empêchent les seniors de décrocher un crédit immobilier

Normalement, la majorité des organismes prêteurs exigent une assurance emprunteur avant d’accorder un crédit immobilier. Cela leur permettra de connaitre si le demandeur dispose d’un apport personnel suffisant pour couvrir les frais de notaire, les frais de garantie ainsi que les frais de dossier représentant 10 % du crédit sollicité. Le problème est que les seniors âgés de plus de 60 ans doivent payer cher pour obtenir une assurance de prêt auprès d’un établissement bancaire ou d’une compagnie d’assurance.

L’assurance emprunteur l’une des raisons qui empêchent les seniors de décrocher un crédit immobilierL’assurance emprunteur l’une des raisons qui empêchent les seniors de décrocher un crédit immobilier

Le refus du dossier et de l’assurance emprunteur sera inévitable si le demandeur souffre de problèmes de santé graves. L’assurance emprunteur n’est pas obligatoire, mais il est important de disposer d’un apport personnel conséquent et d’apporter des garanties supplémentaires (prêt hypothécaire ou nantissement) pour convaincre une banque d’accorder un crédit immobilier sans avoir à souscrire une assurance de prêt. L’âge de départ à la retraite ne fait que compliquer la situation.

La limite d’âge moyenne est fixée à 85 ans en fin de prêt immobilier

L’espérance de vie des Français a considérablement augmenté. En d’autres termes, l’âge des emprunteurs a également progressé ; un épisode assez déplaisant pour certains organismes prêteurs. Une étude a montré que 17 % des emprunteurs sont des seniors âgés de plus de 50 ans qui font partie des clients privilégiés des établissements bancaires. Effectivement, les personnes âgées de plus de 60 ans préfèrent se tourner vers les crédits immobiliers de courte durée pour accéder à la propriété. Les seniors qui n’ont pas d’enfants à charge sont privilégiés par les prêteurs, car leur capacité d’endettement est intéressante. D’ailleurs, la limite d’âge moyenne d’emprunt a été allongée au fil des années. Aujourd’hui, elle est fixée à 85 ans en fin de prêt immobilier.

Emprunter après l’âge de départ à la retraite : des solutions existent

Les personnes âgées de plus de 60 ans ont beaucoup du mal à contracter un crédit immobilier auprès d’un organisme prêteur. Ainsi, elles devront disposer d’un apport personnel conséquent, être en bonne santé et percevoir des revenus réguliers et élevés. Mais il existe des solutions adaptées aux besoins des seniors désireux d’accéder à la propriété en ayant recours à l’endettement. Étant donné que les taux d’intérêt sont toujours faibles, c’est toujours le bon moment pour contracter un crédit immobilier auprès d’une banque ou d’un organisme prêteur.

Crédit immobilier après la soixantaine : Opter pour le nantissement

Le nantissement est sans aucun doute l’une des meilleures solutions d’emprunts qui existent. Cela permet aux seniors de contracter un crédit immobilier auprès d’une banque sans avoir à souscrire une assurance de prêt. Pour ce faire, ils doivent gager un placement financier tel qu’une assurance-vie, un plan d’épargne en actions (PEA) ou encore un compte titre au profit de l’organisme prêteur. Ainsi, une personne âgée de plus de 60 ans ne sera plus obligée de souscrire une assurance décès pour devenir le propriétaire d’un bien immobilier à moindre coût. Quoi qu’il en soit, le nantissement est une lame à double tranchante, car le crédit emprunté doit être remboursé pour bénéficier du placement nanti.

Crédit immobilier après la soixantaine Opter pour le nantissement

Financer son projet d’investissement grâce au prêt viager hypothécaire

Une personne qui est dans la soixantaine souhaitant accéder à la propriété peut également se tourner vers le prêt viager hypothécaire pour réaliser son rêve. Contrairement à ce que pensent certaines personnes, cette solution d’emprunt n’a rien à voir avec le système de l’hypothèque ni de la vente en viager. Le principe est simple, l’organisme prêteur accorde un crédit immobilier au demandeur (seniors âgés de plus de 60 ans), celui-ci sera ensuite remboursé grâce à la vente du bien immobilier acquis après le décès de l’emprunteur. Quoi qu’il en soit, les problèmes seront inévitables au moment de la transmission du patrimoine aux héritiers.

Souscrire un prêt hypothécaire cautionné

Le prêt hypothécaire cautionné est aussi l’une des meilleures solutions d’emprunts adaptées aux besoins des seniors désireux de contracter un crédit immobilier sans avoir à souscrire une assurance emprunteur auprès d’un établissement de crédit. Pour ce faire, ils doivent verser une caution en guise de garantie supplémentaire couvrant le risque de décès et d’invalidité du demandeur. Ainsi, l’emprunteur senior pourra s’affranchir d’une assurance de prêt ainsi que des examens médicaux. Bien évidemment, le montant du crédit sera remboursé par mensualité. Afin de récupérer le capital restant dû, l’établissement prêteur procèdera à la vente du bien immobilier concerné par le prêt hypothécaire cautionné après le décès de l’emprunteur. Dans ce cas, la différence entre le montant de la vente et le capital à rembourser sera versée aux héritiers.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss