Crédit immobilier après 60 ans : c’est possible, mais comment ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Quand on atteint un âge un peu plus élevé, on se fait souvent de fausses idées, notamment en ce qui concerne les moyens d’épargne. Pour ce qui concerne l’immobilier, il est tout à fait possible de faire des emprunts même après 60 ans, puisque cela fait profiter non seulement à l’épargnant mais également aux banques prêteurs.

Cependant quelques conditions s’avèrent importantes à prendre en considération, comme la constitution de sommes ou de garanties assez grandes et solides pour pouvoir reconquérir la confiance de la banque choisie. Notons que les organismes prêteurs se sont devenus récemment réticents quant à l’état de santé précaire des personnes âgées et à l’insuffisance de leurs revenus. Heureusement, des modifications y ont été apportées. Eh oui, de nombreuses possibilité de crédit immobilier s’offrent actuellement aux seniors.

Premier obstacle : le coût de l’assurance emprunteur

Comme tout autre emprunteur, les personnes âgées, pour pouvoir profiter d’un crédit immobilier, doivent également payer divers frais : de notaire, de dossier, et de garantie, soit évalués à 10% du montant à emprunter. Certes, les seniors ont généralement le pouvoir de faire ces dépenses, mais ils doivent renoncer à l’assurance emprunteur qui constitue un dossier quasiment demandé par les banques.

En effet, ils demandent le plus souvent un montant de prêt largement élevé, c’est pourquoi dans la plupart des cas, cette assurance de prêt peut être refusée, notamment quand la santé du souscripteur est au pire. Pour ceux qui n’ont pas souscrit à l’assurance de crédit, ils doivent apporter personnellement des garanties supplémentaires suffisantes et demander un prêt hypothécaire ou un nantissement. Notons que ces derniers s’avèrent être plus chers qu’un crédit immobilier.

Fin de prêt limitée à 85 ans

Certes l’espérance de vie a été allongée, ce qui a, entre autres, conduit à l’augmentation d’âge des emprunteurs dans le secteur de l’immobilier, mais pour avoir un crédit il faut avoir quand même moins de 85 ans. Suivant une étude effectuée en avril dernier, le nombre d’emprunteurs de plus de 50 ans ne cesse de monter chaque année, surtout durant ces 5 dernières années. Actuellement, ils représentent 17%. A l’opposé des idées reçues à propos des seniors, ils sont de bons clients pour les banques car ils empruntent sur des courtes durées avec des garanties plutôt satisfaisantes et suffisantes pour leurs futures mensualités. Ils sont dans la plupart des cas des propriétaires immobiliers et étant donné qu’ils sont vieux, ils n’ont plus personne en charge. Tout cela a conduit aux banques d’allonger l’âge d’emprunt à 85.

Emprunter pour financer

Même si les seniors constituent de bons clients générateurs de source pour les banques prêteurs, ce ne sont pas tous qui peuvent faire des prêts immobiliers. En sont exemptés ceux qui ne détiennent aucun apport personnel suffisant, ceux à problèmes de santé, et ceux aux revenus insuffisants. Cependant, d’autres solutions existent pour eux.

Crédit immobilier après 60 ans : Le nantissement

La première solution qui s’offre aux seniors n’avantageant pas une assurance emprunteur est le nantissement. Celui-ci consiste à miser sur un placement financier comme une assurance-vie, un compte-titres, un Plan d’Epargne en Actions (PEA), au profit de la banque. Le nantissement sera une solution alternative à l’assurance décès qui s’avère être plus chère. Mais comme d’autres moyens de placements, le nantissement contient aussi des risques car l’emprunteur ne pourra disposer de son placement nanti s’il ne rembourse pas en totalité son crédit.

Le prêt viager hypothécaire

Il ne s’agit en aucun cas de la vente en viager ni du système de l’hypothèque. Le prêt viager hypothécaire concerne la solution qui consiste à emprunter pour financer son projet d’achat. A la mort de l’emprunteur, l’organisme prêteur pourra rembourser en vendant son bien immobilier. Et malheureusement, la transmission de tout son héritage (immobilier) à ses descendants en sera également touchée.

Le prêt hypothécaire cautionné

Le principal avantage du prêt hypothécaire cautionné est qu’il rehausse le pouvoir d’achat des seniors. En effet, exigeant une caution comme garantie supplémentaire pour couvrir le risque de décès et d’invalidité de l’emprunteur, cette troisième solution de crédit immobilier permettra aux clients seniors de souscrire à une assurance emprunteur et de prendre soin de leur état de santé en leur faisant profiter des examens médicaux.

Ils auront à rembourser leur prêt chaque mois, et si par malheur ils décéderont, la banque mettra en vente son bien immobilier afin de récupérer le capital restant dû. Les héritiers de l’emprunteur percevront alors le montant soustrait de l’ensemble de la vente et du capital restant à rembourser. Bref, il toujours possible de faire des prêts que l’on soit un peu plus âgé. De plus, de nombreux avantages s’offrent tel un taux de crédit assez bas.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss