Tour d’horizon sur le compte à terme (CAT)

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Le taux de rémunération d’un compte à terme (CAT) se situe entre 0,20 % à 0, 90 % (parfois 1 %). Il s’agit d’un compte épargne qui s’adresse aux personnes souhaitant réaliser un placement à court terme sans risque. Il est toujours important de se familiariser sur le fonctionnement du« dépôt à terme » (DAT) avant de se lancer. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le compte à terme.

Comprendre le fonctionnement du CAT

Contrairement aux autres produits d’épargne proposés par les établissements bancaires, le compte à terme (CAT) n’exige aucun plafond de dépôt aux souscripteurs. Les épargnants pourront ainsi placer une grosse somme d’argent sur leur CAT s’ils le souhaitent. Le principe de fonctionnement de ce type de compte d’épargne est simple. Le souscripteur prête de l’argent à son banquier pour une durée fixe au taux Euribor. La banque va ensuite transférer cette somme sur le marché interbancaire (système financier d’échange de devises). Normalement, celle-ci devra proposer un taux plus faible que celui de l’Euribor pour avoir une marge sur ce placement. Cette marge se situe entre 10 et 50 points de base tout en sachant que 100 points de base équivalent à 1 %.

Quid des conditions de versements ?

L’épargnant doit, en général, réaliser un unique versement sur un compte à terme au moment de souscription. Bien évidemment, il n’y a pas de plafond de dépôt et il est possible de réapprovisionner le CAT après son ouverture.

Les deux types de comptes à terme

En général, il existe deux catégories de comptes à terme : le CAT à taux fixe et le CAT à taux progressif. Dans le premier cas, l’épargnant conclut un contrat avec son banquier afin de fixer le taux de rendement du produit jusqu’à l’expiration du contrat. Dans le deuxième cas, la rémunération du CAT s’effectue à un taux progressif dont l’échelle est fixée au cours de la souscription. Le titulaire du contrat pourra ainsi percevoir des revenus jusqu’à l’échéance du contrat. En tout cas, il est important de choisir un compte à terme en fonction de ses objectifs personnels afin d’éviter les mauvaises surprises.

Aucuns frais d’ouverture ou de fermeture du compte

Comme déjà mentionné, le plafond de dépôt n’existe pas pour le compte à terme. Le souscripteur n’est pas obligé de payer des frais d’ouverture ou de fermeture du compte, contrairement aux autres produits bancaires disponibles sur le marché (Livret A, LDD, etc.).Le titulaire de ce type de contrats bénéficie, par ailleurs, de la garantie légale des dépôts (100 000 €par client) dans l’hypothèse où sa banque fait faillite. Cette disposition qui est en vigueur depuis octobre 2010 concerne tous les comptes confondus.Il faut toutefois retenir que le taux de rémunération (fixe ou progressif) d’un dépôt à terme dépend de plusieurs paramètres (le capital investi, la durée de placement, les taux de l’Euribor). Bien entendu, les taux proposés par les banques sont tous différents les uns des autres.

Ils peuvent varier entre 0,20 % et 0,90 %. Dans tous les cas, il serait plus judicieux de se tourner vers les établissements les plus connus. Les taux appliqués sur le marché monétaire sont particulièrement imprévisibles. C’est pourquoi la plupart des banques préfèrent ne pas communiquer aux clients le taux de rémunération de leurs comptes à terme. L’idéal serait de comparer les offres proposées par les établissements bancaires avant de se lancer dans l’aventure.

Quelle est la durée de placement recommandée pour bien utiliser son compte à terme ?

Il est tout à fait possible d’effectuer un placement à court terme sans risque et de bénéficier d’un taux de rendement intéressant avec un compte à terme. Cette solution d’épargne s’adresse particulièrement aux personnes désireuses de placer une somme d’argent importante sur un compte épargne.D’un point de vue concret, le taux de rémunération d’un CAT dépend énormément de la durée du placement. De ce fait, il est conseillé de conserver son CAT pendant une longue période (5 ans) dans l’objectif de dégager plus de profit. Quoi qu’il en soit, il faut éviter de garder son CAT trop longtemps, car cela peut changer la donne. À noter que les taux servis seront plus faibles s’il y a une sortie anticipée du compte à terme. Un CAT rémunéré à 0,5 % pour une durée de placement de 3 ans peut descendre jusqu’à 0,2 %si le contrat est résilié au bout de 24 mois. La bonne nouvelle, c’est que les sommes placées sur un CAT sont disponibles à tout moment.

Taux fixe ou progressif : comment faire le bon choix ?

Toujours dans l’objectif de tirer le maximum de profit de son compte à terme, le souscripteur doit choisir un CAT à taux fixe au cas où il connaît la durée de disponibilité de ses liquidités (échéance du placement). Dans le cas contraire, il serait plus sage de se tourner vers un CAT à taux progressif. Cela permet d’ailleurs de maximiser le taux de rémunération du placement.

Quid de la fiscalité du compte à terme (CAT) ?

Les revenus (réguliers) perçus dans le cadre d’un compte à terme sont généralement soumis au régime fiscal des revenus capitaux mobiliers. En tout cas, l’épargnant peut choisir d’être imposé selon le barème de l’impôt sur le revenu (IR) en déclarant les intérêts dégagés sur son CAT avec ses autres revenus. Il est également possible d’opter pour le prélèvement forfaitaire unique (PFU) ou « Flat tax » à hauteur de 30 %, qui est en vigueur depuis le début de l’année 2018.

 

Pour plus d’information n’hésitez pas à consulter notre site : http://finances-et-patrimoine.fr

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss