Comparatif des robo-advisors

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

En général, un robo-advisor est un système de gestion financière automatisée. Il s’agit en clair d’un robot-conseiller permettant d’assurer la gestion d’un portefeuille de produits financiers en ligne. Bien entendu, tous les robo-advisors ne se valent pas. Certains d’entre eux possèdent des fonctionnalités spécifiques (le profilage, l’allocation, les arbitrages, le reporting). D’un point de vue concret, il vaut mieux opter pour les meilleurs robots-conseillers. Justement, voici un comparatif des robo-advisors du moment.

Comparatif des robo-advisors

Yomoni

robo-advisors yomoni

Lancé en septembre 2015, Yomoni (ex Smartdays) est le seul robo-advisor disposant de l’agrément de Société de Gestion de portefeuille (SGP). Il a donc été agréé par l’AMF (Autorité des marchés financiers). Il dispose d’un capital de 3,5 millions d’euros et a réussi à fidéliser environ 15 000 clients en 2016. Yomoni utilise des trackers ETF (82 au total) et des fonds en euro Suravenir Rendement comme supports d’investissement. Les plus connus d’entre eux (ETF) sont : BNP, DB-X, iShares, Amundi, SPDR, Vanguard, Lyxor, etc. Yomoni a déjà noué un partenariat avec le Crédit Mutuel et la Financière de l’Échiquier. Il propose donc ses contrats partenaires aux épargnants français. Mais il est également envisageable de transférer un PEA ou un compte titre existant chez Yomoni. Le titulaire d’un contrat d’assurance-vie Yomoni peut d’ailleurs bénéficier d’un compartiment de gestion libre en complément de son mandat d’arbitrage.

À noter que Yomoni propose des mandats de gestion pilotée. Le souscripteur peut donc croiser les bras, car c’est le robot-conseiller qui s’occupe de tout à sa place. Il devra bien entendu choisir un profil de risque entre 1 et 10. En ce qui concerne les frais de gestion, ils sont fixés à 1,6 % (au maximum). Les frais de l’enveloppe fiscale sont fixés à 0,60 % et les frais des UC (unités de compte) se situent entre 0,2 et 0,3 %. Le ticket d’entrée est de 1 000 euros. La souscription est 100 % digitale. Il convient d’ajouter que Yomoni propose différentes enveloppes fiscales aux épargnants français. Il s’agit notamment des comptes titres, PEA et de l’assurance-vie (contrat Yomoni Vie).

WeSave

Wesave robo-advisors

WeSave est un conseiller en investissement financier (CIF) lancé en avril 2016. Le Crédit Mutuel et Amundi sont ses fidèles partenaires. Il est bon de savoir que WeSave Patrimoine (assuré par Suravenir) est le contrat d’assurance-vie individuel proposé par WeSave. Autrement dit, les frais et les conditions sont garantis à vie avec le contrat d’assurance-vie individuel de WeSave. La Fintech WeSave utilise environ 84 ETF (dont Amundi, SPDR, BNP, iShares, etc.) comme supports d’investissement. Mais elle offre également des fonds en euro Suravenir Rendement dans son contrat d’assurance-vie. À noter que WeSave est le seul robot advisor qui avance un contrat de capitalisation aux épargnants français. De plus, il dispose d’une fonctionnalité de reporting (mensuel).

Tout comme Yomoni, WaSave propose des mandats de gestion pilotée ou déléguée aux épargnants français. En clair, les décisions de répartition et d’arbitrage entre les différents supports du contrat d’assurance-vie sont déléguées à un robot-conseiller. Le souscripteur devra bien sûr choisir un profil de risque compris entre 1 et 10. Il est intéressant de souligner que WeSave propose un faible ticket d’entrée de 300 euros. Pour ce qui est des frais de l’enveloppe fiscale, ils sont fixés à 0,60 %. Les frais de la gestion déléguée sont à 0,7 % (sur la part en UC). Les frais des supports utilisés (ETF) sont compris entre 0,2 % et 0,3 %. Les frais de gestion annuels s’élèvent à 1,6 % (au maximum). Concrètement, une gestion 100 % ETF permet de dégager plus de performances, raison pour laquelle WeSave a décidé d’opter pour cette solution d’investissement.

Advize

robo-advisors Advize

Depuis son lancement en juin 2012, le robo-advisor Advize est devenu un acteur majeur sur le marché des robots-conseillers. Il s’agit bien entendu d’un conseiller en investissement financier. À noter que Bourse Direct a noué un partenariat avec Advize le 29 janvier dernier. Cela lui a permis de mettre en avant son nouveau contrat d’assurance-vie 100 % digital baptisé Bourse Direct Horizon. Advize propose d’ailleurs un contrat d’assurance-vie en ligne de nouvelle génération : Ma Sentinelle Vie, assuré par Générali. Les fonds en euro disponibles dans le contrat sont Eurossima et Netissima. Ils ont enregistré de belles performances en 2015 (taux de rendement d’environ 3 %). C’est pourquoi on les retrouve dans l’offre d’assurance-vie des banques en ligne ING Direct, Boursorama et Monabanq.

Les épargnants pourront d’ailleurs choisir parmi 66 unités de compte (OPCVM, ETF, SCPI) lors de la souscription au contrat d’assurance-vie Ma Sentinelle Vie. Ainsi, ils auront la possibilité d’investir sur différents sous-jacents et plusieurs zones géographiques. En outre, Advize propose une gestion conseillée par Morningstar aux épargnants français. Le souscripteur n’aura qu’à choisir entre 5 profils de risque (de prudent à audacieux). Le robo-advisor lui fournira ensuite des conseils d’investissement personnalisés concernant l’allocation initiale de ses avoirs sur les différentes UC. Advize est en mesure de réaliser des arbitrages en fonction de l’évolution des marchés sur le portefeuille de l’épargnant. Il pourra ainsi obtenir un meilleur rendement. Les frais de gestion prélevés par Advize varient selon les supports utilisés (UC). Ils se situent généralement entre 0,3 % (sur les ETF) et 2 % (sur les OPCVM).

Fundshop

robo-advisors FundShop

Lancé en février 2015, Fundshop est un robot-conseiller B To B permettant d’optimiser ses contrats d’assurance-vie existants. En clair, c’est un conseiller en investissement financier (CIF) qui propose une gestion conseillée. À noter que la Fintech Fundshop a déjà levé 2,2 millions d’euros auprès d’Apicil en 2017. Afin de développer son activité, elle a décidé de nouer un partenariat avec Axa, BPI France et Business Angels. Il convient de préciser que Fundshop ne propose aucun contrat. En revanche, il fonctionne sur 14 contrats d’assurance-vie référencés. Les plus connus sont ING Vie et Fortuneo Vie. L’épargnant pourra donc choisir le contrat le mieux adapté à ses besoins. Il pourra ensuite lancer une souscription auprès de Fundshop afin d’optimiser et de suivre son contrat. Il devra bien sûr sélectionner un profil de risque (de 1 à 10) pour bénéficier de la gestion conseillée de Fundshop.

Les contrats d’assurance-vie développés par Fundshop sont assurés par Boursorama, ING, Fortuneo, Linxea, Darjeeling et tant d’autres. Les supports d’investissement utilisés sont les ETF et les OPCVM. En ce qui concerne les fonds en euro, ils dépendent du type de contrat. Aussi, les frais prélevés sur l’enveloppe fiscale varient en fonction du contrat. Ils peuvent être fixés à 0,6 % sur les fonds en euro et +0,85 % sur les unités de compte. Les frais sur les sous-jacents se situent entre 0,3 % (sur les ETF) et 2 % sur les OPCVM. Quoi qu’il en soit, la plateforme de Fundshop n’est pas gratuite (et pourtant, celle de la Fintech Advize l’est). Il faut en effet souscrire un abonnement de 9 à 14 euros par mois pour accéder à la plateforme de Fundshop.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss