L’assurance-vie a enregistré une collecte nette de 12,2 Md€ au cours du 1er semestre 2018

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Malgré le fait que la part en unités de compte (UC) soit plus risquée que les fonds en euros, la plupart des épargnants s’intéressent encore aux UC (mobilières). Les chiffres publiés par la Fédération Française de l’Assurance (FFA) montrent d’ailleurs que la rentabilité des UC investies en actions a atteint 5 % en moyenne l’an dernier. En tout cas, le premier semestre 2018 a été marqué par la collecte nette réalisée par l’assurance-vie.

Une nouvelle collecte record pour l’assurance-vie au 1er trimestre 2018

Les Français sont toujours nombreux à souscrire un contrat d’assurance-vie et le nombre d’épargnants à placer leurs économies dans cette enveloppe d’investissement n’a pas encore diminué depuis ces dernières années. En réalité, elle a réussi à atteindre une collecte nette supérieure à 12 milliards d’euros au cours du premier semestre 2018. Il s’agit d’ailleurs de l’une des meilleures collectes qu’elle a réalisées. L’année dernière, celle-ci n’était qu’à 2,1 Md€. Par conséquent, la marge de progression des contrats d’assurance-vie est importante.

nouvelle collecte record pour l’assurance-vie au 1er trimestre 2018

Les cotisations versées par les épargnants s’établissent à 1,7 Md€ en février dernier et selon la Fédération Française de l’Assurance (FFA), 28 % des versements ont été réalisés sur des unités de compte (UC) en 2017 (contre 20 % en 2016). Par ailleurs, l’encours des contrats d’assurance-vie était supérieur à 1,7 Md€ en fin juin 2018, soit une hausse de 3 % sur un an. Une chose est sûre, la part en UC a gagné du terrain par rapport à l’an dernier.

Une collecte nette de 2 Md€ au cours du mois de juin dernier

La collecte record pour l’assurance-vie s’est élevée à 2 Md€ nette le 18 juin 2018 contre 0,5 Md€ le 17 juin 2017. En réalité, celle-ci n’est jamais descendue en dessous de 1,7 Md€ au cours du premier semestre 2018. Jusqu’ici, l’objectif de dépasser les 7,2 Md€ a été atteint. Cela s’explique par la (grande) motivation des investisseurs français à opter pour les UC mobilières (SCPI, OPCI, SICAV, FCPI…).

Il faut savoir que les UC (investies en actions d’entreprise) permettent d’obtenir une meilleure rentabilité comparée aux fonds en euros surtout en cas de hausse des marchés boursiers. Il faut toutefois retenir que le risque de perte en capital est l’un des points faibles des contrats en UC, contrairement au fonds en euros. Quoi qu’il en soit, d’après les statistiques publiées par la FFA, le rendement des UC s’établissait à 5 % contre 1,8 % pour les fonds en euros en 2017.

Les épargnants sont prêts à prendre des risques

Les contrats en unités de compte attirent de plus en plus l’attention des épargnants souhaitant se constituer un capital sur le long terme avec l’assurance-vie. Pourtant, les UC sont plus risquées que les fonds en euros classiques. Autrement dit, les Français sont nombreux à miser sur les UC non garanties en 2018, car celles-ci sont plus performantes que les fonds en euros.

En clair, 30 % des versements ont été effectués sur des UC (mobilières, actions) depuis le début de cette année contre 28 % en 2017 et 20 % en 2016 ; la progression est de ce fait notable. La majorité des Français sont donc prêts à prendre des risques pour se constituer un capital grâce à l’assurance-vie.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss