Brexit : une leçon difficile pour la gestion du risque de change

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

 

Le brexit

Brexit, la dépréciation soudaine et violente de la livre sterling à la suite du vote de ce dernier  combinée à une forte volatilité sur le marché des devises et plus généralement sur les marchés financiers, nous rappelle à quel point il est important de gérer le risque de change avec brio. Mal géré par les gérants d’actifs, il met en péril à la fois la fortune de leurs clients mais aussi la leurs.

A titre d’exemple

Les expatriés Français travaillant à Londres ont vu la valeur de leurs avoirs en livre diminuer de 6.02% en euros dès le résultat du vote sur le Brexit connu. S’en est suivi une seconde baisse uniquement lié aux fluctuations du marché de changes de 2.79% le jour suivant. Les expatriés Japonais ont subi une perte encore plus importante : 11.4% le premier jour et 3.5% le jours suivant le résultat du vote.

Et comme si cela ne suffisait pas, la chute du prix des actifs Britannique associée à la détérioration des perspectives d’emploi aux Royaume-Unis pour les expatriés ont contribués à l’installation d’un climat pessimiste durable.

Les investisseurs possédant des actifs en livre sterling se retrouvent en difficulté suite à la décision des Britanniques de quitter l’Union Européenne. Et le statut de devise de réserve de la livre sterling n’est pas suffisant pour atténuer leurs maux.brexit

La dépréciation de la devise Anglaise

La dépréciation de la devise Anglaise consécutive au vote sur le Brexit peut-elle être considérée comme un événement exceptionnel ? Bien que sans précédent, des mouvements d’une telle ampleur sur le marché des changes sont de plus en plus fréquents. Tout comme le réchauffement climatique entraîne une augmentation de la fréquence des conditions météorologiques extrêmes, les fortes contraintes géopolitiques et macroéconomiques rendent le marché des devises sujet à de violents mouvements – beaucoup plus fréquemment que par le passé.

Suite au Brexit tout le monde s’accorde sur un point, l’incertitude s’est renforcée. Ce constat rend toute opération de couverture plus délicate et coûteuse. Dans ce contexte, la seule couverture abordable pour couvrir un risque de change est la diversification.

Pour les individus possédant des richesses

Les individus possédant des richesses, qu’elles prennent la forme de capital humain ou d’actifs financiers ont presque toujours une présence internationale forte. La population d’expatriés mentionnée plus haut n’a pas seulement un passif et des objectifs financiers libellé en livre sterling mais aussi dans la devise de leur pays d’origine et potentiellement également dans d’autres devises étrangères. Une gestion prudente de leur risque de change est nécessaire afin de préserver leur pouvoir d’achat global. C’est pourquoi le concept d’une monnaie unique de référence qui sous-tend la gestion traditionnelle de la richesse ne suffit plus.

La monnaie unique de référence jusqu’à lors utilisée doit être remplacée par un panier de devises adapté. Ainsi le pouvoir d’achat global des individus peut être garanti tout en conservant des coûts de couverture faibles.

Les efforts et les coûts induits pour protéger un portefeuille contre le risque de change ne sont pas particulièrement importants dans la plupart des cas, les investisseurs devraient prendre les mesures appropriées.

Ne rien faire en se reposant sur les maximes – qui disent que les mouvements sur le marché des changes s’annulent sur le long terme – est mauvais pour la santé financière des clients et également pour celle des gérants.

Hugo Lozery

Hugo Lozery

COO chez GLOBCOIN
COO chez GLOBCOIN et spécialiste du marché des changes, Hugo s'est fixé comme objectif d’offrir aux particuliers un nouvel accès aux devises, simple et sans frais.
Hugo Lozery

Les derniers articles par Hugo Lozery (tout voir)

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss