Les avantages fiscaux des FIP et FCPI

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Il est possible de profiter d’une réduction d’impôt sur le revenu à un taux de 18 à 25 % en souscrivant à des fonds d’investissement de proximité (FIP) ou à des fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI). Pour cela, les contribuables doivent anticiper leur investissement dès maintenant, au lieu d’attendre la fin d’année. Quoi qu’il en soit, ces fonds de capital investissement présentent de nombreux avantages fiscaux.

FIP et FCPI : Dispositif de défiscalisation très apprécié en France

La suppression du dispositif ISF-PME a été un choc pour les redevables concernés. En effet, depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi de finances, la réduction d’impôt sur la fortune n’existe plus. En guise de compensation, l’IFI a été instauré pour permettre aux contribuables d’alléger leur facture d’impôt. Pour ce faire, ils peuvent se tourner vers les fonds d’investissement de proximité (FIP) ou des fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) investie dans des entreprises innovantes. D’ailleurs, 137 000 épargnants ont choisi de souscrire à ces fonds de capital investissement l’année dernière.

En souscrivant à un FCPI placé dans des entreprises innovantes ou à un FIP qui participe dans des PME dépendant du même bassin régional, l’épargnant peut bénéficier d’un taux de réduction d’impôt sur le revenu de 25 %. Il est à noter qu’il y aura des changements de modalités de calcul de la fiscalité des FIP de Corse prochainement. Quoi qu’il en soit, la durée de détention recommandée par la loi est comprise entre 6 à 10 ans, et le risque de perte en capital n’est pas garanti.

Pas de date précise sur la réduction d’impôt

La hausse du taux de réduction d’impôts sur le revenu à 25 % n’est pas encore appliquée, mais un accord de la Commission européenne conditionnera cette augmentation. En attendant, les souscripteurs devront commencer à anticiper leur investissement dès maintenant afin de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. En tout cas, les FIP et FCPI sont des dispositifs de défiscalisation par excellence. Pour l’épargnant, i l ne reste plus qu’à choisir le type de placements adapté à son profil d’investisseur.

Des conditions plus ou moins restrictives à respecter

Bien entendu, ceux qui souhaitent investir dans une PME avec les FIP et FCPI doivent respecter certaines conditions restrictives. Pour atteindre le taux de réduction d’impôt sur le revenu de 25 %, le fonds du portefeuille de l’épargnant doit être investi à 100 % dans des PME éligibles. Ce taux tombe à 17,5 % dans l’hypothèse où le souscripteur décide d’investir 70 % du fond de son portefeuille.

Le montant minimum de l’investissement est fixé à 1 000 € pour une somme maximale de 12 000 € (24 000 € pour les couples). Les niches fiscales sont plafonnées à 10 000 € et les prélèvements sociaux s’appliquent aux gains et aux plus-values. En tout cas, une augmentation du quota d’investissement à un niveau qui se rapproche de 100 % serait envisageable pour la nouvelle génération de FIP et FCPI. Ainsi, les contribuables pourront bénéficier d’une imposition avantageuse avec un taux de réduction sur l’IR avoisinant les 25 %.

Des avantages fiscaux restitués en septembre 2019

Bien que cette année 2018 soit une année blanche et que le prélèvement à la source sera mis en œuvre l’année prochaine, ceux qui ont souscrit des FIP et FCPI pourront toujours bénéficier des avantages fiscaux proposés par ces dispositifs en 2019. Autrement dit, les réductions d’impôt seront reversées en septembre 2019 pour les redevables concernées.

Ceux qui ont perçu des revenus exceptionnels pourront bénéficier d’une réduction d’impôt correspondant. Bien entendu, la solde éventuelle sera restituée à l’investisseur. Le plus dur sera d’attendre l’entrée en vigueur de l’augmentation du taux de réduction d’impôt à 25 %, mais cela ne devrait pas tarder. Il est possible d’affirmer que l’année 2019 s’annonce prometteuse pour les détenteurs de parts de FIP et FCPI.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss