Autofinancement immobilier avec la location meublée

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Tout le monde peut se lancer dans la location meublée non professionnelle (LMNP) à condition de connaître toutes les règles de base. Tout commence par l’achat d’un appartement, d’une maison ou d’une résidence destinée à la location. Il faudra ensuite contracter un crédit immobilier afin de financer l’acquisition du bien immobilier, surtout si l’investisseur ne dispose pas d’un capital suffisant pour réaliser son rêve. En tout cas, il est possible d’autofinancer son achat immobilier dans le cadre d’une location meublée. Le point dans cet article.

Opter pour un bien immobilier à fort potentiel de rendement

Il est important de se tourner vers un bien immobilier présentant un fort potentiel de rendement dans l’objectif d’autofinancer son achat immobilier dans le cadre d’une location meublée non professionnelle. L’acquéreur doit commencer par calculer le montant des loyers (revenus locatifs) tirés de la location et tenir compte des dépenses engendrées par l’investissement ainsi que des mensualités du crédit souscrit. Dans l’hypothèse où le rendement locatif du bien acquis était supérieur aux charges de gestion et au coût réel du prêt immobilier, l’autofinancement de l’achat immobilier sera une réussite et la rentabilité sera au rendez-vous.

Opter pour un bien immobilier à fort potentiel de rendement

En conséquence, il est toujours plus judicieux de se tourner vers un bien immobilier capable de dégager un rendement locatif intéressant. Bien entendu, le choix des locataires ne doit pas être pris à la légère. Concrètement, il est tout à fait possible de se lancer dans la location meublée non professionnelle à Asnières en choisissant un appartement de 46 m² au 1er étage. Un tel investissement permet de générer un rendement net de 5,44 % pour un budget de 307 000 €. Un appartement de 16, 9 m² situé à Paris est également capable de dégager un rendement net de 4,24 % pour un budget de 271 000 €. Un actif immobilier situé à Villejuif est aussi un excellent alternatif, car cela permet de profiter d’un rendement locatif net de 7,5 % pour un budget de 850 000 €.

La location meublée non professionnelle permet de bénéficier d’une fiscalité adoucie

Un acquéreur qui a décidé de se lancer dans la location meublée est intelligent, car il est assuré de percevoir des revenus locatifs intéressants et réguliers, à condition de se tourner vers un bien à fort potentiel locatif. Il pourra d’ailleurs bénéficier d’une fiscalité adoucie grâce au statut LMNP (loueur meublé non professionnel). En clair, les revenus locatifs issus de la location meublée non professionnelle seront imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et non dans celle des revenus fonciers. L’investisseur pourra, bien entendu, déduire l’ensemble des frais entraînés par l’achat immobilier et des amortissements sur 30 ans. L’acquéreur aura, par ailleurs, la possibilité de réaliser plusieurs acquisitions chaque année.

Autofinancement immobilier : Les conseils pour réussir

Théoriquement, tout investisseur français (y compris les primo-accédants) est en mesure d’autofinancer son achat immobilier grâce à la location meublée non professionnelle en investissant dans un appartement ancien situé dans une ville ou un quartier où la demande locative est particulièrement élevée (Lyon, Rouen, Lille, petite couronne parisienne, etc.). Bien évidemment, l’intervention d’un chasseur immobilier (expérimenté) est indispensable afin de trouver une solution adaptée à sa situation (petit studio, grand appartement en colocation, location saisonnière, etc.) et bénéficier de précieux conseils. L’acquéreur devra également avoir recours à un bon cabinet de conseil en gestion de patrimoine, à un courtier et à un notaire pour espérer atteindre son objectif.

D’autre part, il convient de faire le calcul du rendement locatif du bien ainsi que celui du flux de trésorerie pour assurer la réussite de l’opération (location meublée non professionnelle). La prochaine étape sera de convaincre son banquier d’adhérer à son projet d’investissement. En tout cas, les organismes prêteurs procèdent toujours à la vérification de la capacité d’endettement de l’acquéreur avant de lui accorder un crédit immobilier. Bien sûr, il ne faut pas oublier de meubler et de décorer le bien avant de partir à la recherche de locataires. L’appartement, la maison ou la résidence doit être bien présentable pour espérer attirer l’attention des locataires. Bien entendu, il est conseillé de déléguer la gestion locative du bien à un professionnel (agence spécialisée) pour rendre la tâche plus facile.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss