Assurance-vie pour assurer ses vieux jours

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Qui ne rêve pas de pouvoir s’offrir une vie paisible lors de ses vieux jours ? Mais comment faire pour transmettre en toute sécurité et sans risque son patrimoine si l’on atteint un âge un peu élevé, à compter de 70 ans ? L’assurance-vie s’avère être le moyen le plus efficace pour y parvenir. C’est un mode d’épargne qui permet à l’épargnant de bien assurer sa transmission. Eh oui, même après 70 ans, l’épargnant pourra toujours y verser des sommes pour assurer ses vieux jours.

Assurance-vie pour assurer ses vieux jours : Un nouvel abattement de 30 500 € au-delà de 70 ans

Comme tout autre mode d’épargne, l’assurance-vie n’est pas non plus exempte d’impôts. Cependant, sa fiscalité respecte des règles bien distinctes de celles des autres modes d’épargne. Elle dépend, entre autres, de l’âge du souscripteur et de la date des versements effectués. Autrement dit, elle ne sera effective qu’à partir du décès de l’assuré. Pour les versements d’avant 70 ans, toutes sommes versées seront exonérées de droits de succession. L’abattement sera évalué à 152 500 € pour chaque bénéficiaire. Pour les capitaux de moins de 700 000 €, un taux forfaitaire de 20% y sera imposé, et de 31,25 % pour les capitaux supérieurs à 700 000 €.

Quant aux versements effectués après la 70ème année du souscripteur, le nouvel abattement sera révisé à 30 500 € et sera divisé par le nombre de bénéficiaires, et cela quelque soit le nombre de contrats signés. La fiscalité ne sera, quant à elle, applicable qu’aux bénéficiaires ayant une parenté avec l’assuré. Notons toutefois que pour le cas des enfants, cet abattement sera fixé à 100 000 € et il pourra également être cumulé avec l’abattement de 152 500 € sur les versements d’avant 70 ans du souscripteur. Le calcul du droit de succession à l’assurance-vie se fait en fonction de tous les versements entrepris au-delà de 70 ans et par l’administration fiscale uniquement. A titre d’informations, tous les retraits effectués en dessous de cet âge limite seront également taxables.

Aucun droit de succession prélevé sur les intérêts et plus-values

L’un des plus grands avantages que peuvent bénéficier tous les souscripteurs et bénéficiaires en assurance-vie, c’est l’exonération de droits de succession après la 70ème année du souscripteur. Quand celui-ci sera décédé, le droit de succession ne sera imposé que sur le montant des primes versées. En sont exemptés alors les gains et les plus-values gagnées. Et plus les versements seront énormes, plus ils seront importants et échapperont aux droits de succession.

Pour en bénéficier, l’épargnant peut faire des versements sur le contrat déjà existant, mais il est plus bénéfique de se tourner vers l’ouverture d’un nouveau contrat afin de classer et fermer en sécurité les sommes qui y seront versées après 70 ans. De plus, l’épargnant aura la possibilité de recueillir à temps voulu toutes les informations sur son compte et sa fiscalité. Il pourra de même faire des retraits sur le contrat le moins taxé.

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss