Assurance-vie et rendement

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Assurance-vie et rendement

Comparaison entre assurance vie et assurance décès

Assurance-vie et rendement, si on frôle juste les concepts « assurance vie » et « assurance décès », l’assurance-vie et rendement peuvent prêter à confusion. Toutefois, ce sont bel et bien deux choses tout à fait différentes. Ci-dessous une comparaison entre assurance vie et assurance décès.

Le point commun entre assurance-vie et rendement est qu’elles sont des outils de prévoyance. En effet, l’assuré verse périodiquement une cotisation pour assurer son avenir ou celui de ses proches. Toutefois, un assuré souscrit une assurance vie et paie régulièrement sa cotisation pour qu’au terme de son contrat, s’il est toujours en vie, il puisse bénéficier d’un capital. Dans le cas du décès de l’assuré, la somme sera versée à ses proches. L’assurance vie a beaucoup à avoir avec l’assurance retraite. Alors dans ce cas-ci, l’assuré verse selon sa convenance des cotisations dont il pourra bénéficier à sa retraite. Et dans le cas du décès de l’assuré avant l’échéance du contrat, la somme sera également versée à ses proches.

La différence entre assurance-vie et rendement réside dans la manière de verser les cotisations, si dans un contrat d’assurance vie il existe une période bien précise à laquelle l’assuré doit payer la prime d’assurance (exemple tous les 15 du mois), dans le cas d’une assurance retraite, il peut la payer quand il veut et à la fréquence qu’il veut (exemple tous les 2 mois ou 2 fois par semaine, etc.).

L’assurance décès

En ce qui concerne l’assurance décès, celle-ci est contractée par l’assuré pour couvrir, en cas de décès de celui-ci, les frais d’obsèques et le dédommagement de ses proches notamment. L’assuré ne percevra donc aucun montant de cette assurance. La seule condition pour que l’indemnisation se fasse c’est au moment du décès de l’assuré, mais c’est sa famille qui en bénéficiera. Elle porte bien son nom en tant qu’« assurance décès ».

En somme, faire la comparaison entre assurance vie et assurance décès a permis de constater qu’il existe beaucoup de traits ressemblant à ces deux assurances. C’est dans la manière d’exécution du contrat et dans leur finalité que ces deux produits d’assurance se différencient.

assurance-vie et rendement

 

Qu’est-ce que la clause bénéficiaire ?

La clause bénéficiaire fait partie des points importants que l’assuré doit prendre en considération lors de sa souscription à un contrat d’assurance vie. Cette clause s’applique surtout en cas de décès de l’assuré. Il est primordial de bien prendre son temps lors de la rédaction de cette clause. Le choix d’un bénéficiaire vous permettra de lui léguer vos biens.

L’acte de désigner un bénéficiaire n’est pas obligatoire. Toutefois, lors de votre décès vos biens seront transférés dans votre actif successoral. Sans bénéficiaire, la transmission de vos biens se fera selon les lois de la succession. Ainsi, vos capitaux ne seront pas soumis au régime fiscal de l’assurance vie, et le partage entre vos héritiers se fera selon le droit commun.

Il faut souligner que :

Si le bénéficiaire désigné décède avant l’assuré, il devrait revoir sa clause, car les capitaux n’iront pas aux héritiers initialement désignés.

Le choix du bénéficiaire ne doit pas être fait à la légère. Lors de la rédaction de la clause, il est impératif de ne pas désigner la personne bénéficiaire uniquement par son nom. Les assureurs utilisent les formulations « mon conjoint » ou « mon épouse ».

Il est important de préciser que l’assuré a le droit de changer le nom de son bénéficiaire à tout moment, et ce pendant la durée du contrat d’assurance vie sauf si le bénéficiaire a fait une demande d’acceptation légale.

Il faut préciser que l’assuré n’est pas dans l’obligation d’informer son bénéficiaire, mais pour faciliter les démarches administratives, ce peut être utile, voire nécessaire. Ainsi, le bénéficiaire pourrait prendre contact avec la compagnie d’assurance qui se chargera de transférer l’argent le plus vite possible.

Assurance vie : pourquoi ne faut-il pas inclure un « bénéficiaire anonyme » dans un contrat ?

Si un souscripteur d’assurance vie ne souhaite pas que son capital soit remis à une personne en particulier, il est tenu de désigner un bénéficiaire dans le contrat. De ce fait, s’il meurt, la totalité de la somme investie sera automatiquement remise à ce bénéficiaire.

En matière d’assurance vie, le souscripteur a le droit de choisir son bénéficiaire et de le changer autant de fois qu’il le souhaite. Toutefois, cette modification n’est plus possible le jour où le bénéficiaire initial a accepté de recevoir le capital épargné. Dans ce cas, le souscripteur devra demander au bénéficiaire désigné son accord pour renoncer au contrat.

Sans bénéficiaire nommé, le capital investi est versé au successeur légal après la mort de l’assuré. C’est d’ailleurs un risque si l’assuré n’a pas nommé un bénéficiaire anonyme.

Hormis cela, la durée du versement peut également prendre beaucoup de temps. Le problème est d’autant plus grand si l’assuré n’a pas remis à son héritier une lettre authentifiable ou un testament clair ou encore un acte notarié. Pour éviter ce genre de problème, l’assuré devra informer, au préalable, le bénéficiaire qu’il recevra le capital.

Antoine Cesari

Antoine Cesari

Je suis consultant manager en gestion privée dans l'un des plus grands cabinets français de gestion de patrimoine.
Spécialisé dans le conseil en investissement immobilier, je suis toujours à l'affut des meilleures opportunités.
Antoine Cesari

Les derniers articles par Antoine Cesari (tout voir)

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss