Acquérir un nouveau logement grâce au prêt relais

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux ! Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

prêt relais

Il est possible grâce au prêt relais de financer l’achat d’un bien, en attendant la revente d’un logement sous emprunt. Ce dispositif peut être utilisé si l’emprunteur a eu des difficultés pour rembourser le prêt immobilier en cours. Le prêt relais est souvent envisagé par les propriétaires qui souhaitent acheter un nouveau logement en vendant l’ancien bien avant le remboursement du crédit immobilier. Si ce dispositif simplifie cette démarche, il convient tout de même de considérer un certain nombre de points avant d’y avoir recours.

La première étape est d’évaluer correctement le prix du logement à vendre. Il sera considéré comme l’apport de la nouvelle acquisition. Il est recommandé de confier cette tâche à un professionnel.

Prêt relais comment ça marche ?

Le calcul du montant du prêt relais est fait en prenant en compte la somme des mensualités encore dues. Celle-ci sera déduite du prix estimé du bien vendu. Le montant du prêt relais est souvent de 60 à 80% de la valeur du logement à vendre. Si le logement est facile à vendre, cette fourchette sera revue à la hausse.

Une des conditions du prêt relais est le remboursement des mensualités de l’ancien prêt. L’emprunteur doit également se préparer à s’acquitter des intérêts du nouvel emprunt ainsi que les autres frais. Le taux d’endettement ne doit pas dépasser le tiers des revenus du foyer.

La durée du prêt relais doit être aussi courte que possible soit inférieure à quelques mois. Elle ne dépasse pas deux ans. Il est possible de contracter un prêt immobilier classique si vous n’arrivez pas à couvrir les frais du nouveau logement. Celui-ci s’ajoutera au prêt relais. C’est souvent le cas lorsque l’emprunteur souhaite acquérir un bien plus grand et coûteux. Cependant, il convient de prendre toutes les précautions nécessaires et de ne pas brûler les étapes.

Anticiper les risques du prêt relais

Malgré ses nombreux points forts, le prêt relais comporte également des risques. En effet, pendant la période 2008/2009, de nombreuses personnes se sont retrouvées en situation de difficultés financières causées par un blocage de financement. Certaines d’entre elles ont été contraintes à vendre avec des baisses conséquentes de prix.

Par ailleurs, les intérêts du crédit relais peuvent être importantes particulièrement si le délai de vente est allongé. Pour accélérer les choses, les banques ont tendance à mettre beaucoup de pression sur les emprunteurs. Ceux-ci sont parfois contraints de brader leurs biens afin de trouver rapidement des acquéreurs.

Si vous n’arrivez pas à vendre et à respecter les délais, la banque saisira votre bien pour ensuite le vendre à un prix inférieur. Pour éviter une telle situation, les banques accordent très rarement des prêts relais. Par ailleurs, celles-ci fixent le crédit relais uniquement sur une partie de l’estimation de votre bien soit entre 60 à 80%.

Il est conseillé à chaque emprunteur de bien prendre en considération les risques avant de souscrire un prêt relais. Certains facteurs tels que le délai et les conditions de vente ne doivent pas être pris avec légèreté. En 2017, les experts prévoient que la situation du marché immobilier va rendre la démarche du prêt relais encore plus risqué qu’en 2008 ou 2009. La prudence est alors de mise !

Vous avez aimé cet article ? Suivez nous sur les réseaux sociaux ! Facebooktwitterrss